Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A Paris,l'ennemi de Kosciusko-Morizet vient aussi de l'intérieur

Reuters15/02/2013 à 15:15

À PARIS, L'ENNEMI DE NATHALIE KOSCIUSKO-MORIZET VIENT AUSSI DE L'INTÉRIEUR

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - Nathalie Kosciusko-Morizet ambitionne de briser l'hégémonie socialiste à Paris, mais elle aura d'abord à vaincre les rivalités au sein de son propre camp pour pouvoir mener la droite à la bataille des municipales de mars 2014.

L'ex-ministre de l'Ecologie de Nicolas Sarkozy et porte-parole du président sortant pour la présidentielle de 2012 a officialisé ses intentions vendredi, mettant fin aux spéculations sur les têtes d'affiche potentielles à droite dans la capitale, qui est administrée par la gauche depuis 2001.

La non-candidature de l'ancien Premier ministre François Fillon était un secret de Polichinelle, celle du chef de file centriste Jean-Louis Borloo restait à formaliser. C'est désormais chose faite.

Après une valse-hésitation -dont le récit diverge selon les entourages- qui l'aura vu solliciter la tête de liste pour Paris, sans l'étape des primaires ouvertes, voire former un ticket avec Nathalie Kosciusko-Morizet, son ennemie intime au ministère de l'Ecologie, le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) s'est retiré jeudi.

François Fillon, député de Paris, devrait préciser son dessein de concourir exclusivement à la primaire de 2016 pour l'élection présidentielle de 2017 lors d'un meeting le 26 février dans la salle parisienne de la Mutualité.

La voie est donc dégagée, mais la député-maire de Longjumeau (Essonne) doit réduire les résistances au sein de la fédération parisienne de l'UMP, même si elle bénéficie du soutien affiché de 77 élus et délégués parisiens de circonscription, "copéistes" -minoritaires- comme "fillonistes".

"TOURISME ÉLECTORAL"

Le souvenir des empoignades de l'automne dernier pour la présidence de l'UMP reste vif et des élus craignent que le scénario ne soit réédité à Paris où la droite est malade de ses divisions depuis la cassure des années Chirac-Balladur (1995).

Rachida Dati, la maire "copéiste" du VIIe arrondissement qui s'est portée candidate à la primaire municipale, n'entend pas s'effacer une nouvelle fois, comme elle y avait été contrainte au profit de la candidature de François Fillon dans la 2e circonscription de Paris pour les législatives de juin dernier.

Qualifiant l'entreprise de Nathalie Kosciusko-Morizet de "tourisme électoral", l'ancienne ministre de la Justice dénonce d'ores et déjà un "parachutage" au mépris des Parisiens.

Le jeune conseiller "copéiste" Pierre-Yves Bournazel, qui brigue également l'investiture de son parti, s'était élevé quant à lui contre le "putsch" préparé selon lui par "NKM".

La fédération UMP de Paris, dirigée par le "filloniste" Philippe Goujon, a décidé que le dépôt des candidatures pour la primaire serait clos le 28 février et que la consultation se déroulerait par vote électronique entre la mi-avril et la mi-mai. Plusieurs élus parisiens critiquent le calendrier et les modalités et craignent une primaire "bâclée".

Jean-Louis Borloo réserve par ailleurs sa réponse sur une participation, ou non, de l'UDI à la primaire.

"LA DAUPHINE DE PERSONNE"

Le député "filloniste" de Paris Bernard Debré a demandé vendredi aux prétendants de ne pas se tromper de combat.

"La victoire est possible, même vraisemblable, si notre famille se rassemble très rapidement autour de cette candidature", dit-il dans un communiqué.

La concurrence, "je ne le vis pas du tout comme un problème", assure Nathalie Kosciusko-Morizet dans Le Parisien.

"Si c'est un parachutage, c'est avec un pass navigo", ironise celle qui avait fixé à "quatre euros et quelque" le prix du ticket de métro en février 2012 au lieu de 1,70 euro. Elle précise qu'elle démissionnera de son mandat de maire de Longjumeau, ville qu'elle administre depuis 2008, dans une dizaine de jours après le vote du budget local.

L'élue de 39 ans, mère de deux enfants, revendique "le choix de la passion" et se place déjà dans la perspective d'un duel avec la favorite socialiste Anne Hidalgo, 53 ans, qu'elle présente comme "l'héritière d'un système". "Je ne suis la dauphine ou la protégée de personne", dit-elle à son endroit.

Candidate depuis septembre 2012, la première adjointe de Bertrand Delanoë, qui avait annoncé dès 2007 qu'il ne briguerait pas un troisième mandat, met en avant sa passion "authentique et sincère" pour Paris face à des candidats "qui ne viennent pas pour Paris, mais pour des ambitions personnelles".

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui n'était pas parvenue à réunir les parrainages nécessaires pour briguer la présidence de l'UMP, ne s'interdit pas de penser à l'Elysée, ce que n'apprécie guère Jean-François Copé, le président du parti d'opposition.

"Il reste des Bastille à prendre, des révolutions à faire", explique, lyrique, l'ancienne ministre, qui espère "bénéficier du soutien" de François Fillon.

Dans une enquête réalisée en janvier par Ifop-Fiducial, elle était créditée de 28% des voix au premier tour contre 38 à 39% à Anne Hidalgo.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.