1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

A New York, des chants de Noël contre les violences policières
Reuters08/12/2014 à 03:33

NEW YORK, 8 décembre (Reuters) - Une trentaine de personnes, parmi lesquelles se trouvaient des professionnels de l'opéra, ont chanté dimanche dans le centre de New York des chants de Noël dont les paroles avaient été réécrites pour dénoncer les violences policières. L'initiative, qui leur a valu les sourires des nombreux passants venus faire leurs courses de Noël, contraste avec les débordements observés la veille à Seattle, où la police a essuyé des jets de pierres, ou à Berkeley, en Californie, où des vitrines ont été brisées. ID:nL6N0TR05B "O Little Town of Bethlehem" est devenue "O Little Town of Ferguson", ville du Missouri où Michael Brown, un jeune noir de 18 ans a été tué le 9 août par un policier blanc qu'un grand jury a relaxé le mois dernier, ce qui a soulevé une vague d'indignation. Les manifestants ont également chanté "All I Want for Christmas is an Indictment" (Tout ce que je veux pour Noël, c'est une inculpation) et une version de "Little Drummer Boy" écrite à la mémoire d'Eric Garner, un père de famille noir décédé en juillet au cours de son interpellation. L'agent impliqué a également échappé aux poursuites. Ces affaires, de même que la mort d'un enfant de douze ans, tué le 22 novembre à Cleveland alors qu'il jouait avec un pistolet factice, ou le décès, jeudi à Phoenix, dans l'Arizona, d'un Noir tué par un policier blanc, ont suscité un émoi considérable. (Sebastien Malo, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer