Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A Nantes, Montebourg dresse les contours de sa VIe République

Reuters02/11/2016 à 23:27
    par Guillaume Frouin 
    SAINT-HERBLAIN, Loire-Atlantique, 2 novembre (Reuters) - 
A rnaud Montebourg a dessiné mercredi les contours 
institutionnels de la "République nouvelle" s'il venait à être 
élu à l'Elysée en 2017, proposant notamment un "septennat non 
renouvelable" pour le président de la République. 
    "Nous sommes en élection permanente: maintenant, avec le 
quinquennat, tous les trois ans et demi, on recommence", a 
regretté l'ancien ministre du Redressement productif lors d'une 
réunion publique organisée à Saint-Herblain, près de Nantes, 
dans le cadre de la campagne en vue des primaires socialistes. 
"Je préfère un septennat non renouvelable, où on sait qu'il y 
aura une succession au bout de sept ans." 
    L'ancien ministre de l'Economie propose aussi de créer une 
"interpellation ministérielle" qui permette de "destituer un 
ministre quand il est contesté", dès lors qu'elle réunit "une 
majorité qualifiée". "Cela augmente la responsabilité des 
ministres, et fait en sorte qu'ils rendent réellement des 
comptes au Parlement", a-t-il déclaré devant 250 militants et 
sympathisants socialistes. 
    L'ex-député de Saône-et-Loire souhaite aussi confier le 
pouvoir de nomination aux ministres et non plus au président de 
la République, pour mettre fin à "l'esprit de courtisanerie". 
    "Plus vous nommez de façon arbitraire et sans aucun 
contrôle, plus les erreurs de casting se multiplient à la tête 
des entreprises publiques et de la haute administration", a-t-il 
dit. 
    Arnaud Montebourg veut imposer la "démission obligatoire" 
des directeurs d'administrations centrales, en cas de nomination 
d'un nouveau ministre, "pour que la haute administration soit 
dévouée à la loyauté de celui qu'elle est censée servir". 
     
    LA FINANCE N'EST "PAS EN SOI UN ADVERSAIRE" 
    Sur le plan économique, il a réitéré son souhait de "mettre 
fin à la politique d'austérité", grâce à un "programme de 
redécollage économique". 
    "La finance n'est pas pour moi en soi un adversaire", a-t-il 
déclaré, en écho à ceux de François Hollande lors de son 
discours du Bourget en 2012. "La finance, c'est comme dans le 
cholestérol: il y en a une bonne et une mauvaise. La bonne, on 
en a besoin pour financer notre économie; la mauvaise, il faut 
la combattre, la réduire et même la réglementer." 
    Arnaud Montebourg en a profité pour s'ériger en héritier de 
l'ancien président de la République François Mitterrand, dont 
vient d'être célébré le centenaire de la naissance. 
    "Il a montré qu'il est possible de transformer au quotidien 
la vie des Français, changer une partie de la vie et surtout il 
a légué la méthode, qui nous est précieuse aujourd'hui", a 
estimé l'ex-député. "Il a imaginé que rien ne pouvait se faire 
sans l'union des forces de la gauche." 
    Arnaud Montebourg a ainsi rappelé les "résultats hors du 
commun" et les "solutions originales pour résoudre les problèmes 
quoditiens de nos compatriotes" qu'avait trouvées le 
gouvernement de "gauche plurielle" de Lionel Jospin (1997-2002), 
où "cohabitaient le ministre communiste Jean-Claude Gayssot avec 
Dominique Strauss-Kahn, et une ministre Vert Dominique Voynet 
avec Jean-Pierre Chevènement". 
    L'ancien ministre n'a toutefois pas caché redouter que la 
gauche de 2017 soit "balayée par un 21 avril 2002 répété et 
peut-être amplifié puissance 10", quand le même Lionel Jospin 
avait été devancé par Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen (FN) 
au premier tour de l'élection présidentielle.  
 
 (édité par Jean-Stéphane Brosse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.