1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

À Lyon, les cadres se dérobent
So Foot06/04/2019 à 20:30

À Lyon, les cadres se dérobent

Lyon s'est enfoncé dans la crise en perdant lamentablement à domicile contre Dijon (1-3). Et si c'est Bruno Génésio qui va tout prendre sur le dos, ce sont bien Nabil Fekir, Marcelo et les autres cadres de Lyon en souffrance qui en sont responsables.

Bruno Génésio connaît ses Lyonnais mieux que personne. Capables du meilleur contre les grosses écuries, capables du pire contre les "petits" de Ligue 1. Alors quand les Gones recevaient ce samedi des Dijonnais lanternes rouges de Ligue 1 et qui n'avaient fait que perdre depuis 8 matchs consécutifs, l'entraîneur rhodanien avait flairé le mauvais coup, senti qu'un Tanguy Ndombele par exemple pourrait jouer avec le frein à main. Le milieu a été préservé, comme Memphis Depay, sur le banc face aux Bourguignons. Mais pas Nabil Fekir.

Nabil faiblit


En-dedans cette saison, peu décisif depuis trois rencontres en championnat, le milieu offensif ne surfait pas vraiment sur la confiance avant d'affronter Dijon. Mais il est difficile, voire suicidaire pour un entraîneur, de reléguer son capitaine au rang de remplaçant, ne serait-ce que le temps d'un match. Et quoi de mieux qu'une lanterne rouge aux abois pour se relancer ? Au lieu de ça, Nabil Fekir n'a fait que s'enfoncer. Pas dans son assiette, le champion du monde est une nouvelle fois passé à côté de son match. Et ceci alors qu'il joue à son poste préférentiel, où il peut le mieux exprimer ses qualités offensives : comme numéro 10. Le Gone pur jus, dont la décompression post-Mondial semble durer éternellement, paraît avoir perdu son coup de rein. Une qualité qui fait sa force et sur laquelle repose l'essence de son jeu, mais qui condamne toute une équipe bâtie autour de lui. Contre Dijon, Fekir n'avait même pas l'explosivité suffisante pour se dépêtrer des griffes du presque quadragénaire Florent Balmont.

Lyon bouffe le tapis face à Dijon

Sa faculté à conserver le ballon plus que de nécessaire et sa lenteur se sont conjuguées à un cruel manque de justesse technique à la passe. Les rares occasions franches que Lyon s'est procurées (mine de Cornet à la 32e, rush de l'Ivoirien à la 52e, tête de Dembélé à la 62e) ne l'ont pas été grâce à son capitaine, seulement menaçant sur coups de pied arrêtés. Une arme qu'il a, comme un symbole,

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer