1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A la Réunion, Macron se heurte aux Gilets jaunes
Le Parisien23/10/2019 à 22:03

A la Réunion, Macron se heurte aux Gilets jaunes

Emmanuel Macron le relève, son avion à peine posé sur le tarmac de Saint-Denis (La Réunion) : ici, la mobilisation des Gilets jaunes, née il y a près d'un an, fut l'une des plus vigoureuses. « Cette colère avait des explications, juge-t-il, ce sont les difficultés du quotidien. » Le président parle au passé, mais ils sont une grosse centaine à l'attendre non loin, sur le rond-point de Gillot. Difficile d'en quantifier l'ampleur, mais le mouvement demeure bel et bien actif sur l'île.Mégaphone en main, une policière demande aux manifestants de « reculer » du rond-point de Gillot. La foule ne bouge pas et entonne une « Marseillaise ». Au même moment l'hymne national résonne aussi à l'aéroport Roland-Garros pour saluer l'arrivée du chef de l'Etat. Quelques centaines de mètres, deux mondes. Avant que le cortège présidentiel n'emprunte cette route, la foule est dispersée par des gaz lacrymogènes. Jets de projectiles en retour. Peu avant, certains avaient été jusqu'à brûler un portrait du président.« Ils sont en train de faire en sorte que La Réunion prenne feu, lance Martine, auxiliaire de vie, en évoquant les policiers. On voulait juste parler, lui dire : on existe, on travaille, on paie des impôts et on n'a rien. » Cette mère de famille ne porte pas de gilet, mais tient des ballons jaunes. « Le président a montré qu'il était prêt à payer de sa personne dans les débats. Les problèmes qui sont soulevés, on est là pour les traiter. Mais pas sur les ronds-points », rétorque l'Elysée.Ils réclament «du concret»La vie chère reste « le premier sujet de préoccupation », juge Zavier Zazalé, un pseudonyme emprunté au nom du rond-point du Tampon, transformé en « village » utopiste, sur lequel le trentenaire vit depuis « 300 nuits ». A La Réunion, le coût de la vie est de 7,1 % plus élevé qu'en métropole, selon l'Insee, mais le revenu médian inférieur de 30 %. En témoignent ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • qleraz
    24 octobre00:35

    Coucou on est là ! on ne t'oublie pas ...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer