Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A la recherche de l'ambroisie, oenologues et parfumeurs livrent leurs secrets

RelaxNews29/07/2012 à 15:06

A la recherche de l'ambroisie, oenologues et parfumeurs livrent leurs secrets

(AFP) - Quelle différence y a-t-il entre la fabrication d'un grand parfum et celle d'un Yquem ? A la recherche du divin liquide, quels secrets partagent "nez" et oenologues ? Plusieurs d'entre eux se sont essayés à la comparaison auprès de l'AFP.

Au-delà des prédispositions naturelles de chacun, de leurs connaissances et expériences, les premiers travaillent sur une matière "stable", les seconds sur un raisin dont la maturation, la vinification et l'élevage dépendent avant tout de conditions climatiques et de phénomènes naturels en constante évolution.

"Tout est déterminé par des phénomènes naturels, des aléas climatiques, contraintes auxquelles ne sont pas ou peu soumis les parfumeurs", estime Frédéric Brichet, docteur en oenologie et producteur dans la Vienne.

"Les produits de base du parfumeur sont en général plus simples et plus stables", ajoute M. Brichet, qui parle d'un "spectre d'odeurs moins large que pour le parfumeur mais en réalité infiniment plus varié".

Et dans la "hiérarchie immuable" du vin, dont le prix peut atteindre des sommets spéculatifs jamais atteints dans l'univers du parfum, "la réputation ne reflète pas toujours la qualité objective du vin proposé, tout comme un parfum lancé par un inconnu, même de très grande qualité, atteindra rarement la notoriété d'un jus quelconque lancé par une grande marque", ajoute-t-il.

"Le parfumeur a dans la tête un modèle à atteindre, comme nous, mais il va mélanger, associer une infinie variété de composants et de bases. Il est totalement libre, affranchi des aléas de la nature. Si la cannelle ou le jasmin d'un endroit ne lui plaît pas, il en prendra un autre. Pour l'oenologue, s'il gèle à Meursault c'est plus compliqué", dit Denis Dubourdieu, professeur d'oenologie à l'université de Bordeaux et conseil de nombreux domaines.

Car l'oenologue, explique-t-il, "met toutes ses connaissances scientifiques au service de l'art de vinifier. Il va guider les phénomènes naturels, curieusement en intervenant le moins possible pour atteindre un objectif esthétique, gourmand, culturel".

Cachée dans la nature

"Ce qui me guide, précise M. Dubourdieu, c'est de révéler ce que le lieu peut produire en terme de goût et de parfum spécifique, inimitable, une réalité cachée dans la nature".

Sillage, tenue, présence, diffusion, vigueur, clarté : Jean-Claude Ellena, "nez" d'Hermès, dit refuser d'être "en deçà" d'une certaine dimension esthétique, celle de grands classiques de la parfumerie qu'il conserve dans son réfrigérateur et qui lui servent de "témoins historiques".

"A l'inverse du maître de chai, qui procède par assemblage, en triant, dosant, additionnant, je procède par soustraction en simplifiant mes parfums", détaille-t-il dans son "Journal d'un parfumeur" (ed. Sabine Wespieser). Mathilde Laurent, "nez" de Cartier, dit créer "dans une parfaite liberté", cherchant dans cet "art" à "être en résonance avec l'histoire du parfum, à atteindre une cohérence", sans se soucier du prix. Ses matières premières sont d'une grande qualité, constante, assurée par "un même fournisseur".

L'olfaction, analyse-t-elle, "n'est pas qu'une question de génétique et de qualité de récepteur (le nez). Il y a le cerveau qui analyse, il est fonction de l'histoire et de l'éducation de chacun". Ensuite, "il y a l'apprentissage que certains choisissent de faire et qui les différencient des autres. Les parfumeurs sont les champions olympiques de la discipline".

Frédéric Brichet oppose l'oenologie, "production de tradition", à la parfumerie, "production de création". Si un parfumeur doit connaître des centaines de molécules, l'oenologue jongle en permanence "avec des milliers d'étiquettes de vins qui changent d'une année sur l'autre. Le registre de mémorisation et d'expression est très différent", souligne-t-il.

"Les mots sont toujours infirmes. Pour parler de la réalité naturaliste des odeurs, des saveurs, on parlera de jasmin, de thé ou d'or dans le vin, on le dira robuste, délicat, féminin, honnête !", confirme M. Dubourdieu.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.