Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A l'Onu, Moscou accusé de masser des forces près de l'Ukraine

Reuters14/04/2014 à 09:27

MOSCOU ACCUSÉ DE MASSER DES FORCES PRÈS DE L'UKRAINE

par Louis Charbonneau

NATIONS UNIES (Reuters) - Les Occidentaux ont accusé dimanche la Russie de masser des troupes en grand nombre près de sa frontière avec l'Ukraine en préparation d'une intervention analogue à celle de Crimée tandis que Moscou accusait Kiev de russophobie lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies qui s'est terminée sans décision concrète.

"Les images satellitaires montrent qu'il y a entre 35.000 et 40.000 soldats russes aux abords de la frontière avec l'Ukraine équipés d'avions de combat, de chars, d'artillerie et d'unités de soutien logistique", a déclaré l'ambassadeur du Royaume-Uni, Mark Lyall Grant, lors de la réunion du Conseil, convoquée en urgence à la demande de Moscou.

"Cela s'ajoute aux 25.000 militaires russes basés illégalement en Crimée", a ajouté l'ambassadeur.

Son homologue français, Gérard Araud, est allé dans le même sens.

La Russie aurait voulu que la réunion se tienne à huis-clos, ont indiqué des diplomates, mais la France et d'autres pays ont insisté pour qu'elle soit publique.

Le Conseil de sécurité a tenu de nombreuses réunions d'urgence sur l'Ukraine mais s'est pour l'instant révélé incapable de prendre des mesures concrètes en raison des positions opposées de la Russie et des pays occidentaux.

Le mois dernier, la Russie a mis son veto à un projet de résolution des Occidentaux qui visait à condamner le référendum organisé en Crimée sur le rattachement de la péninsule à la Russie. Dimanche, l'ambassadeur de Russie après des Nations unies, Vitali Tchourkine, a estimé que de "nombreuses accusations erronées avaient été faites contre la Russie."

Il a accusé le gouvernement de Kiev d'être responsable de l'agitation qui règne dans le sud-est de l'Ukraine et a estimé que la menace d'intervention militaire du gouvernement ukrainien dans la région constituait "un usage criminel de la force".

"IRRÉVERSIBLE"

Le ministère russe des Affaires étrangères avait auparavant utilisé des termes similaires, estimant que la mobilisation de l'armée décidée par le président ukrainien par intérim Olexander Tourtchinov pour faire face à la déstabilisation dans l'est du pays était un "ordre criminel".

"Les choses pourraient s'aggraver de façon irréversible", a déclaré Vitali Tchourkine à propos de l'ultimatum. Il n'a pas précisé sa pensée plus avant.

"Les autorités (en Ukraine) ne veulent pas écouter ceux qui n'acceptent pas la domination imposée à Kiev des radicaux nationaux et des forces chauvines, russophobes et antisémites", a-t-il dit. "La Russophobie grotesque et la haine sont devenues la norme au parlement aussi."

Kiev n'a cessé de dire que la rébellion en Ukraine était inspirée et dirigée par le Kremlin.

L'ambassadrice des Etats-Unis, Samantha Power, a laissé entendre que la Russie dissimulait ses véritables intentions dans l'est de l'Ukraine, où vivent de nombreux russophones.

"Vous avez entendu ces dernières semaines la Russie démentir toute intention d'occuper ou d'envahir", a-t-elle dit. "Nous l'avez entendu publiquement et nous l'avons entendu en privé".'

"Malheureusement, la prise par les armes de bâtiments dans six villes de l'est de l'Ukraine hier et de plusieurs autres aujourd'hui est calquée sur la tactique utilisée par les forces russes aux premiers stades de l'invasion de la Crimée", a déclaré Samantha Power, ajoutant que la Russie était responsable de l'instabilité dans l'est de l'Ukraine.

Pour l'ambassadeur ukrainien Iouriy Sergueï, les troupes massés près de l'Ukraine sont "à l'évidence, les forces spéciales ses professionnelles". Il a aussi dit que Kiev ne voulait pas d'affrontements.

Personne au Conseil n'a véritablement soutenu la Russie. La Chine, son traditionnel allié au Conseil de sécurité, s'est bornée à appeler toutes les parties à la retenue.

(Danielle Rouquié pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.