Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A l'approche des européennes, Nicolas Sarkozy laboure son sillon

Reuters22/05/2014 à 16:07

NICOLAS SARKOZY PLAIDE POUR UNE RÉFORME DES ACCORDS DE SCHENGEN

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a fait intrusion dans la campagne électorale européenne avec une tribune qui mêle le programme de l'UMP, des idées déjà exprimées par l'ancien président français et une vision de l'Europe à deux vitesses partagée par son successeur.

Dans le long texte publié jeudi par l'hebdomadaire Le Point, l'ex-chef de l'Etat pose trois grands principes -réforme de la libre-circulation des personnes pour lutter contre l'immigration illégale, concentration sur une zone euro emmenée par le couple franco-allemand et réduction des compétences de la Commission- sans qu'apparaisse une position nouvelle.

Nicolas Sarkozy avait déjà prôné une réduction de l'UE au marché unique fin février, lors d'un discours à Berlin aux côtés de la chancelière Angela Merkel.

Dans la capitale allemande, il avait usé des mêmes ressorts historiques pour plaider en faveur du "trésor" européen, terme qui conclut son texte dans Le Point, comme garantie de la paix.

Il y avait surtout insisté sur les contours d'une Europe qui peine, selon lui, à fonctionner avec 28 pays membres, dont les décisions sont souvent illisibles et inefficaces et qui devrait concentrer sur quelques grandes politiques.

Le discours de l'ancien président ne varie pas d'un iota.

Il dit souhaiter "plus d'intégration pour les Dix-Huit qui partagent leur souveraineté monétaire" afin de faire converger leurs politiques économiques et fiscales, et plaide pour que la France et l'Allemagne montrent l'exemple.

"PARFAITEMENT CONFORME"

Cette vision d'une Europe à deux vitesses, où les "devoirs et les responsabilités" ne sont pas les mêmes entre grands et petits Etats, souligne-t-il, ne lui est en rien exclusive.

François Hollande l'avait formulée ainsi en juin dernier, à Bruxelles: "Il y aura une révision des traités une fois qu'on aura clarifié et qu'on aura choisi un mode de construction européenne, qui ne pourra pas seulement être une construction à 28."

Dans celle-ci, l'ancien président invite en outre l'UE à se concentrer sur quelques grandes politiques -industrie, énergie, agriculture, concurrence, notamment- comme il l'avait fait à Berlin, réclame une suppression de directives et une réduction drastique des compétences de la Commission.

"Au moins la moitié", dit-il dans Le Point, quand il avait évoqué "des pans entiers" en Allemagne, 24 heures après qu'Angela Merkel avait suggéré lors d'un déplacement à Londres l'abandon de certaines réglementations.

Comme sur l'immigration, troisième grand point de la tribune, dans laquelle il défend une réforme des accords de Schengen avec pour préalable une harmonisation des politiques migratoires, Nicolas Sarkozy colle ainsi aux positions de l'UMP et rappelle la position qu'il avait déjà prise en 2012.

C'est ce qu'ont salué les dirigeants du premier parti d'opposition jeudi matin. "Nous devons faire une Europe à géométrie variable", a dit Jean-François Copé sur RTL tandis que François Fillon, sur i>TELE, a jugé le texte "parfaitement conforme aux orientations qui sont celles de l'UMP".

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy avait aussi rappelé mercredi soir que cette tribune était "importante" mais "pas l'événement central de la campagne", d'autant que jamais l'ex-président n'y appelle à voter UMP.

Ce que Xavier Bertrand, qui fut son ministre et ne cache pas ses ambitions pour la prochaine présidentielle, a déploré sur son compte Twitter: "Beaucoup d'électeurs de droite auraient aimé qu'il s'engage pour l'UMP", écrit-il.

Si Nicolas Sarkozy le fait en reprenant le volet immigration du programme de son parti, le consensus sur l'avenir de la construction européenne est réel entre les formations de gouvernement et l'ancien président s'inscrit dans une continuité.

(Gregory Blachier, avec Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.