Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A Chartres, la loi a été appliquée, dit Taubira

Reuters05/08/2013 à 23:33

CHRISTIANE TAUBIRA CIBLE DE CRITIQUES APRÈS LA LIBÉRATION DE DÉLIQUANTS À DREUX FAUTE DE PLACES EN PRISON

PARIS (Reuters) - La ministre de la Justice Christiane Taubira a estimé lundi que les magistrats ayant remis en liberté trois délinquants à Chartres avaient appliqué la loi, tandis que certaines voix s'élèvent dans la majorité et l'opposition pour critiquer cette décision.

L'UMP a jugé que la libération de ces trois délinquants, faute de places de prison disponibles pour exécuter leurs peines, était la conséquence directe de la politique pénale de la ministre de la Justice.

Interrogée sur le fait de savoir si les magistrats avaient commis une faute, Christiane Taubira a refusé sur le plateau de France 2 de critiquer leur décision.

"Je ne porte pas de jugement sur les décisions de magistrats, a fortiori lorsque les magistrats appliquent la loi", a déclaré lundi soir la ministre de la Justice.

La ministre a rappelé qu'ils avaient agi en vertu de la loi pénitentiaire de 2009, adoptée par la majorité précédente et qui permet l'aménagement des peines inférieures à 2 ans d'incarcération.

"Le parquet n'a pas annulé, il a différé de deux à quatre semaines la mise sous écrous", a par ailleurs insisté Christiane Taubira.

L'opposition de droite a multiplié depuis le week-end ses attaques à la suite de cette affaire survenue en fin de semaine dernière à Dreux (Eure-et-Loir), près de Chartres.

"Ce n'est pas une décision isolée, ce n'est pas le fait d'un procureur qui dans son coin aurait pris cette décision, c'est la conséquence directe de la politique que conduit le gouvernement et que conduit la garde des Sceaux", a dit le député UMP Eric Ciotti sur France 2.

"C'est une politique irresponsable, dangereuse et, je le dis très clairement, cette politique de Mme Taubira met en péril le pacte républicain", a-t-il ajouté.

99% DES PEINES EFFECTUÉES EN 2012

Le député filloniste des Alpes-Maritimes y voit la conséquence de la circulaire de politique pénale de septembre 2012 dans laquelle la ministre a, selon lui, donné des "instructions écrites aux procureurs de la République pour dire que le recours à la prison ferme doit désormais être l'exception."

"C'est totalement irresponsable", a-t-il poursuivi, en demandant à François Hollande de prendre des dispositions "dès aujourd'hui pour abroger cette circulaire scélérate".

Christiane Taubira a estimé sur France 2 que cette circulaire est "parfaitement conforme" aux dispositions de la loi pénitentiaire de 2009. Elle a par ailleurs déclaré qu'en 2012, 99% des peines prononcées avaient été effectuées.

Sur Europe 1, le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, a déclaré attendre "des explications sur cette affaire qui n'est pas normale".

Il a rappelé que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls avait apporté son soutien aux policiers qui l'ont dénoncée et que Christiane Taubira avait demandé des éclaircissements.

PAS DE LAXISME, POUR LE PS

La ministre de la Justice avait indiqué samedi dans un communiqué avoir demandé au parquet général de la cour d'appel de Versailles de "bien vouloir lui rendre des comptes des conditions dans lesquelles le parquet de Chartres a été amené à prendre cette décision."

"Il n'y a pas le moindre laxisme", a dit Bruno Le Roux en mettant en cause l'état dans lequel le gouvernement a d'après lui "trouvé les prisons il y a un an, avec une surpopulation carcérale."

L'ancien ministre UMP du Logement, Benoist Apparu, a jugé le dossier "scandaleux parce que le message que nous adressons aux délinquants est catastrophique" et mis en cause l'arrêt du programme de constructions de place de prisons supplémentaires par le gouvernement.

Interrogée sur BFM TV, l'ex-ministre de la Justice Rachida Dati a estimé de même que "ça se passe tous les jours depuis que Mme Taubira a décidé de ne plus construire de places de prison de manière idéologique".

"Ne pas construire de places de prison, ça permet aux voyous d'agir en toute impunité", a-t-elle dit.

Yann Le Guernigou, avec Marion Douet, édité par Pascal Liétout

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.