1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«99 999 dollars» pour lire des e-mails : la folle riposte de Monsanto sur le glyphosate
Le Parisien17/01/2019 à 18:50

«99 999 dollars» pour lire des e-mails : la folle riposte de Monsanto sur le glyphosate

Selon notre décompte, ils ne sont pas moins d'une centaine de chercheurs actuellement dans le viseur de Monsanto. Leur faute ? Avoir travaillé de près ou de loin sur les liens supposés entre le cancer et le glyphosate, le produit-phare du géant de la pétrochimie racheté l'an dernier par Bayer. Il a suffi qu'une agence de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), voilà bientôt quatre ans, classe l'herbicide « cancérogène probable » pour mettre le feu aux poudres. Et contraindre des dizaines de fonctionnaires américains à lâcher leurs correspondances à la firme, persuadée d'y trouver les ingrédients d'une riposte.Rappel des faits. En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), installé à Lyon, rend ses fameuses conclusions sur l'herbicide. Depuis, la filiale de Bayer croule sous les requêtes judiciaires aux Etats-Unis, au nombre de 9300 au dernier décompte. Aussi, entend-elle faire croire à une prétendue supercherie du cénacle par lequel ses ennuis seraient arrivés, le « groupe de travail » du CIRC.A l'annonce de la sentence sur le glyphosate qui s'appuyait sur un millier d'études scientifiques, Monsanto avait condamné « des résultats obtenus par une "sélection restreinte" de données » et des « biais dictés par un agenda ». En coulisses, la contre-attaque aurait été plus violente. Selon l'organisation de l'OMS, les membres du CIRC auraient été la « cible d'un nombre sans précédent d'actions orchestrées par les parties prenantes cherchant à saper sa crédibilité - rappelant les stratégies utilisées par la l'industrie du tabac il y a plusieurs décennies ».« Les experts qui ont participé à l'évaluation ont été directement visés par de fausses déclarations, des lettres d'avocats de l'industrie demandant » des documents, poursuivait le CIRC dans un communiqué publié en octobre 2017. Il n'était pas au bout de ses peines.Tous les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jy831
    18 janvier01:00

    Pour boycoter monsanto il suffit de manger bio,pour ceux qui en ont les moyens...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer