1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

80km/h: Philippe favorable à un assouplissement assorti de garde-fous
Reuters16/05/2019 à 12:58

80KM/H: PHILIPPE FAVORABLE À UN ASSOUPLISSEMENT ASSORTI DE GARDE-FOUS

PARIS (Reuters) - Edouard Philippe a déclaré jeudi ne voir aucun "inconvénient" à laisser aux présidents de conseil départementaux le choix d'appliquer ou non la limitation de la vitesse à 80 km/h tant que cette faculté est assortie de mesures garantissant le plus "haut niveau de sécurité routière possible".

Portée par le Premier ministre, la réduction de la vitesse de 90 à 80km/h sur les routes secondaires - soit 40% du réseau routier français - est entrée en vigueur le 1er juillet 2018 et doit permettre selon l'exécutif de sauver jusqu'à 400 vies par an.

Cette mesure, qui fera l'objet d'une évaluation en juillet 2020, est vivement contestée et sa suppression figure parmi les revendications des "Gilets jaunes" qui manifestent depuis le 17 novembre.

Face à la fronde, Emmanuel Macron a ouvert la porte sous conditions mi-janvier lors du grand débat national à de possibles aménagements sans donner plus de détails.

Début avril, lors de son passage au Sénat - majoritairement à droite -, le projet de loi sur les mobilités a été amendé afin de donner aux présidents de conseils départementaux et aux préfets la possibilité de relever par endroits cette limitation de la vitesse.

"Si les présidents des conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n'y vois aucun inconvénient", a déclaré Edouard Philippe sur franceinfo.

"Mais je souhaite que dans le texte (de retour devant l'Assemblée nationale-NDLR), cette faculté soit systématiquement assortie de mesures ou d'examens qui permettent de garantir le plus haut niveau de sécurité routière possible", a-t-il ajouté.

"Je suis attaché à ça et je suis persuadé que les présidents des conseils départementaux le sont aussi. Ce sont des décisions qui sont lourdes, qu'il faut assumer et qu'il faut assumer en conscience", a-t-il poursuivi.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • fortunos
    16 mai13:59

    On s en fout qu il y ait des centaines de morts en plus par an,l essentiel etant de de gagner 1 a 3 secondes par km,hors agglomeation,hors autoroute ,hors virage,hors tracteur ou velo a depasser,hors route enneigée,etcOn s en fout aussi que les accidents de la route coutent aux contribuables(40 % des foyers ficaux) 50 milliards par an!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer