1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

37.500 personnes évacuées d'Alep-Est selon la Turquie
Reuters20/12/2016 à 13:42

 (Chiffres actualisés, commentaires des agences de l'Onu) 
    ISTANBUL/BEYROUTH, 20 décembre (Reuters) - Trente-sept mille 
cinq cents personnes ont été évacuées d'Alep-Est, a déclaré 
mardi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, 
ajoutant que l'objectif était d'achever toutes les évacuations 
d'ici mercredi. 
    Le chef de la diplomatie turque s'exprimait de Moscou où il 
s'est réuni avec ses homologues russe et iranien pour débattre 
d'une solution politique au conflit syrien.   
    L'armée syrienne a diffusé des messages dans la dernière 
enclave d'Alep tenue par les rebelles pour annoncer qu'elle y 
entrerait dans la journée, rapporte un média militaire dirigé 
par le Hezbollah, le mouvement libanais allié du gouvernement du 
président syrien Bachar al Assad. 
    Les insurgés sont appelés à accélérer l'évacuation de la 
ville qui a repris lundi tandis qu'à New York, le Conseil de 
sécurité des Nations unies validait à l'unanimité le déploiement 
d'observateurs de l'Onu et d'autres organisations pour 
superviser la suite de l'opération et garantir la sécurité des 
civils.   
    A Genève, un porte-parole des Nations unies a fait savoir 
que Damas avait autorisé l'envoi de vingt observateurs 
internationaux supplémentaires dans l'est d'Alep, ce qui 
triplera leur nombre sur place.  
    Le personnel de l'Onu, qui se trouve à Damas, se rendra à 
Alep "au plus tôt", a déclaré Jens Laerke, du Bureau de la 
coordination des affaires humanitaires (OCHA). 
    Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé 
que 25.000 personnes avaient été évacuées depuis jeudi, dont 
15.000 lundi.  
    Les équipes du CICR et du Croissant-Rouge arabe syrien, qui 
organisent les évacuations, ont travaillé toute la nuit, a 
précisé la porte-parole du CICR Krista Armstrong. 
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG 
basée à Londres, donne un nombre de départs inférieur, de 
15.000. 
    Selon un chef rebelle en Turquie, environ la moitié 
seulement des civils qui veulent quitter Alep l'ont fait en 
comptant le départ de plusieurs milliers de personnes lundi. 
    Les insurgés ne partiront qu'une fois que tous les civils le 
souhaitant l'auront fait, précise-t-il. L'accord d'évacuation et 
de cessez-le-feu leur permet d'emporter leurs armes personnelles 
mais pas d'armes lourdes. 
    Les estimations du nombre de personnes toujours en attente 
d'évacuation par autocars vont de quelques milliers à plusieurs 
dizaines de milliers. Entre Alep et le secteur rebelle d'al 
Rachidine, à la limite extérieure sud-ouest de la ville, la 
distance est de cinq kilomètres. 
    Des civils sont aussi évacués de deux villages chiites de 
Foua et Kefraïa près d'Idlib assiégés depuis des années par les 
rebelles. Ils sont emmenés à Alep dans le cadre de l'accord 
autorisant le départ des derniers insurgés de la grande ville. 
    Selon l'organisation médiatique militaire du Hezbollah, huit 
autocars supplémentaires d'évacués d'al Foua et Kefraïa sont 
partis mardi à l'aube. 
    Une quarantaine d'évacuations médicales d'Alep-Est ont pu 
être organisées lundi, a déclaré l'Organisation mondiale de la 
Santé (OMS). Au total, 301 personnes ont été évacuées sous 
assistance médicale, dont 93 ont été hospitalisées en Turquie, 
les autres dans les hôpitaux d'Idlib et de la région d'Alep. 
    Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) n'a pas 
constaté un afflux massif de personnes fuyant Alep vers la 
Turquie voisine.  
    "Toutes les frontières de la Syrie sont très solidement 
gérées pour l'instant", a déclaré Adrian Edwards, porte-parole 
du HCR.  
 
 (Angus McDowall avec Nevzat Devranoglu à Istanbul et Stephanie 
Nehebay à Genève; Danielle Rouquié et Jean-Stéphane Brosse pour 
le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer