Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

270 mineurs inculpés pour meurtre, l'Afrique du Sud choquée

Reuters31/08/2012 à 22:01

L'AFRIQUE DU SUD SOUS LE CHOC DE L'INCULPATION POUR MEURTRE DE 270 MINEURS

par Jon Herskovitz

JOHANNESBURG (Reuters) - Le ministre sud-africain de la Justice a reproché vendredi au parquet d'avoir inculpé 270 grévistes de la mine de Marikana pour le meurtre de 34 de leurs collègues, tués par des policiers, arguant que cette décision avait créé "un choc, de la panique et de la confusion" dans le pays.

La tuerie du 16 août, qui a entraîné le décès de 34 mineurs grévistes à Marikana, à 40 km au nord-ouest de Johannesburg, dans une mine du troisième producteur mondial de platine, Lonmin, est l'un des incidents les plus graves ayant frappé le pays depuis la fin de l'apartheid en 1994.

Les mineurs interpellés après ces affrontements ont été inculpés sur la base d'une loi datant de l'époque de la ségrégation raciale, dite de "l'intention commune" ("common purpose").

Les juges ont expliqué que les inculpés étaient présents et armés pendant le drame, ce qui les rend complices du meurtre des 34 grévistes. Ce texte de loi était parfois utilisé par les gouvernements de l'apartheid afin de condamner beaucoup de noirs en même temps, pour un crime commis par quelques-uns d'entre eux seulement.

Le Congrès national africain (ANC), parti historique de la majorité noire dont les membres étaient régulièrement tués au cours de manifestations sous l'apartheid, s'est vu vertement reprocher d'utiliser des méthodes similaires maintenant qu'il est au pouvoir.

Le président Jacob Zuma, qui cherchera à se faire réélire à la tête de l'ANC en décembre, a été accusé par ses adversaires d'être plus intéressé par une bonne entente avec le secteur minier et les syndicats puissants qu'avec de simples mineurs de fond.

PAS DE SANCTION AVANT 2013 POUR LA POLICE

Au cours d'un discours prononcé vendredi à l'occasion d'un congrès de l'Internationale socialiste, Zuma n'a pas abordé le sujet. Son ministre de la Justice, Jeff Radebe, voulait pourtant des réponses.

"Il ne fait aucun doute que la décision (du parquet) a entraîné un choc, de la panique et de la confusion parmi les membres de la communauté et la population sud-africaine en général. Il m'incombe dès lors de tirer les choses au clair", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les 34 hommes décédés le 16 août ont été tués par des balles tirées par les policiers au cours d'un massacre dont les images ont fait le tour du monde. Mais les forces de l'ordre ne feront l'objet d'aucune sanction avant qu'une enquête officielle ne rende ses conclusions début 2013.

Cette enquête, voulue par Jacob Zuma, doit établir les responsabilités de la police, des syndicats et de Lonmin dans les affrontements du 16 août.

S'il venait à mal gérer ce dossier brûlant, le chef de l'Etat pourrait voir grossir les rangs de ceux qui jugent qu'il est à la tête d'un gouvernement inefficace.

Mais plutôt que d'accabler Jacob Zuma, les mineurs grévistes pointent plutôt du doigt Lonmin et le Syndicat national des mineurs (Num).

"C'est la faute de la direction de l'entreprise. C'est elle qui a appelé la police. Et le Num est trop occupé avec les responsables politiques pour nous aider", estime ainsi Lazarus Letsoele, un des grévistes.

Selon des experts en droit, les inculpations prononcées par le parquet pourraient rapidement s'effondrer. Il ne s'agirait que d'une façon maladroite de garder plus longtemps en détention préventive ces 270 grévistes interpellés à la suite des heurts du 16 août et qui se sont plaints d'avoir été agressés et maltraités en prison.

Baptiste Bouthier pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.