1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

24 Heures du Mans : avec Porsche, le sport auto tient sa "remontada" !
Le Point18/06/2017 à 15:05

Le Néo-Zélandais Brendon Hartley a esquissé un sourire et s'est mis à applaudir. Pourtant, dans le stand de Porsche, à 1 h 06 min de la fin de la course, l'état-major de l'écurie est resté stoïque devant l'écran alors que la Porsche n° 2 venait de prendre les commandes de la course. Certes, son coéquipier Bernhard a tenu jusqu'à la fin, offrant à Porsche un troisième succès consécutif, le 19e de l'histoire de la marque. Mais il a fallu attendre le franchissement de la ligne, à 15 heures, pour voir le stand allemand exulter après ce tour d'horloge particulièrement éprouvant, où rien ne s'est passé comme prévu. Retour sur une course complètement folle...

Porsche n° 2, l'incroyable remontée

Samedi soir, à 18 h 30, Porsche est en plein doute : trois des quatre Toyota sont placées dans les quatre premiers et la n° 2 souffre. Un problème de transmission oblige à immobiliser le prototype pendant 1 heure 37 ! Hartley, qui récupère ensuite le volant, quitte les stands à la 56e position. Progressivement, le trio qu'il constitue avec Bamber et Bernhard remonte au classement, jusqu'au dernier dépassement, une heure avant l'arrivée, pour prendre la tête de la course. Entre-temps, deux Toyota et l'autre Porsche ont été contraintes à l'abandon. Cette victoire salue le talent de Bamber, qui remporte les 24 Heures pour la deuxième fois en deux ans. Timo Bernhard, lui aussi, avait...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer