Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

0-0 mémorables (2e) : Les leçons tactiques de France-Italie 1998
So Foot23/04/2020 à 06:00

0-0 mémorables (2e) : Les leçons tactiques de France-Italie 1998

Qui a dit que les matchs nuls sans but étaient forcément ennuyeux ou inutiles, voire les deux ? Voici cinquante raisons de penser le contraire, avec des rencontres privées de tremblement de filet qui ont pourtant marqué l'histoire du football. Numéro deux : le France-Italie mythique de juillet 1998.


France - Italie

Coupe du monde, Quart de finale, 3 juillet 1998

C'est Christian Vieri, un homme habitué à défoncer des portes et que Cesare Maldini considérait comme un "autre fils", qui le dit : "Honnêtement, si tu joues dix fois ce match, il y a dix fois 0-0." Il y a pourtant ce drôle de type, ce mec qui déteste les projecteurs, qui a passé sa vie à souffrir et dont les histoires se finissent quasiment toujours de la même manière : mal. Roberto Baggio aurait dû être l'un des meilleurs joueurs de tous les temps, est certainement devenu le meilleur Italien de son sport, mais reste aussi cet individu à l'armoire à trophées quasiment vide : une Coupe de l'UEFA remportée avec la Juve en 1993, deux championnats d'Italie soulevés avec la Vieille Dame et avec le Milan, une Coupe d'Italie en 1995...
"Si tu y penses, c'est étrange, mais c'est comme ça. Il m'a juste manqué la victoire..."Roberto Baggio
Si ces quelques médailles sont le signe que Baggio n'a pas tout raté, elles ne disent pas tout du destin d'un héros devenu plus célèbre pour ses échecs que pour ses succès. Interrogé par So Foot dans un salon de l'aéroport de Milan au printemps 2013, il ne disait pas autre chose : "Si tu y penses, c'est étrange, mais c'est comme ça. Il m'a juste manqué la victoire." Alors, Roberto Baggio a appris à encaisser et à passer au-dessus des saletés, de ce tir au but manqué en finale de la Coupe du monde 1994, de ce souvenir le posant là, au milieu de l'une des deux surfaces de réparation du Rose Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer