Article rédigé par M7026257, le mardi 6 nov 2012 à 14:01
Imprimer l'article Envoyer l'article à un ami

Un verre d'eau dans une tempête.

Thème de cet article : Rapport Gallois : vos réactions ?

Le plus frappant dans le rapport Gallois est sans aucun doute le bruit médiatique mis en scène dans les jours précédents et l'effet d'annonce politique.Au bout du compte une tempête dans un verre d'eau, ou plutôt l'inverse quand on regarde l'importance du choc de productivité.

Les gains de "productivité" retirés sur 1 à 2 ans représentent à peine 6%; c'est tout juste suffisant pour inverser la détérioration observée ces dernières années.10% sur an aurait peut-être eu un impact.
Ce choc de productivité est financé par l'impôt pour sa majeure partie et aura un impact négatif sur la croissance qui cachera ses effets bénéfiques sur l'offre.
Le montage transfert social vers fiscal semble une nouvelle usine à gaz, encore complexe à gérer administrativement.
Surtout le Graal de la productivité française n'est pas abordé, à savoir le coût de son secteur publique et les gisements de productivité qui s'y trouvent.Le contraire aurait été étonnant. Pourtant par sa nature, le service publique peut également être un gisement de productivité.D'autant plus que l'explosion des effectifs et des coûts de celle-ci depuis 20 ans est totalement déconnectée de la sphère privée qui a subi de plein fouet les assauts de la mondialisation.
Facialement la baisse des cotisations montrera une amélioration des coûts publics et donc une stabilisation en valeur de la dépense publique, inutile sans amélioration des volumes et en l'absence d'une concurrence extérieur.Pourquoi la baisse des charges sociales n'est tout simplement pas réservée aux entreprises exportatrices soumises aux feux de la mondialisation?N'est-ce pas le vrai sujet en matière concurrentielle?
Le vrai choc de productivité eu été de tailler dans les dépenses publiques de fonctionnement et de rebalancer les économies sur les charges sociales des employés du privé tourné vers l'export et la concurrence mondiale.
50 à 100 milliards d'économies dans ce domaine étaient possibles sans remettre en cause la qualité des interventions publiques, bien au contraire.
Un vrai choc d'offre eut été de simplifier les procédures administratives qui ralentissent l'Economie et de fait sa productivité.C'est certes un sujet tabou dans un pays comme la France.Mais c'eut été le vrai moyen de faire appel à la solidarité nationale. Comme beaucoup d'autres enterrés ou timorés ce rapport fera preuve de ces limites et de son échec d'ici à peine deux ans.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 4 jan 2013 à 16:36

    USA: 315 millions d'habitants, 100 sénateurs et 435 représentants (total 535),
    France : 64 millions d'habitants, 350 sénateurs et 577 députés (total 927). supprimons, sans perturber le "bon" fonctionnement du pays, la bagatelle de 250 sénateurs et 142 députés ? et il semble qu'à la louche cela ferait, à 6.000 €/mois, 28.224.000 EUR par an + un gros paquet d’indemnités diverses !!! N’est pas compté ceux que la loi DEBRE continue à payer ENCORE pendant 5 ANS

  • M7026257 le samedi 10 nov 2012 à 01:00

    c'est refaire le lit de politiques néo-keynesiennesou socialistes à court terme. Voire préparer le lit d'une révolution d'ici 2015 en montrant l'inefficacité d'une politique de l'"offre" avorton.Pas assez loin, pas assez haut, pas assez fort...mais l'important était de montrer que l'on participait.

  • M7026257 le samedi 10 nov 2012 à 00:58

    C'est l'alibi du gouvernement pour dire que qq chose a été fait pour admettre l'échec de cette demi politique dans moins de 2 ans...

  • M7026257 le samedi 10 nov 2012 à 00:57

    Le rapport Gallois c'est l'arbre qui cache la forêt des décisions non prises ou insuffisantes.

  • M7026257 le samedi 10 nov 2012 à 00:56

    une goutte d'eau dans un océan.La baisse de prélèvementsobligatoires passe par des économies et une gestion bien plus rigoureuse des dépenses publiques

  • M7026257 le samedi 10 nov 2012 à 00:55

    j'oubliais de mentionner que la baisse des dépenses publiques programmée ne représente que 10 Milliards d'Euros, soit 1% des dépenses publiques de l'année qui sera économiser sur 2 ans.

  • M7026257 le jeudi 8 nov 2012 à 12:02

    la maison brûle et on utilise un verre d'eau.

  • M7026257 le jeudi 8 nov 2012 à 12:02

    Gallois ne n'est pas laissé faire?vous plaisantez?!?Les réformes plus profondes seront forcées par le FMI d'ici 3 ans au maximum.1%de la dépense publique coupée sur 2 ans...!!! allons c'est un cadeau empoisonné aux entreprises car on reviendra dessus lorsque les mesures apparaitront insuffisantes.

  • lorant21 le jeudi 8 nov 2012 à 11:44

    Gallois ne s'est pas laisé faire. Ce rapport et les mesures annoncées sont un bon début. Et c'est la voie ouverte à des réformes plus profondes dans 4,5 ans.

  • M7026257 le jeudi 8 nov 2012 à 11:13

    Sensée peut-être, importante non.