Article rédigé par karltdw, le vendredi 6 avr 2012 à 15:58
Imprimer l'article Envoyer l'article à un ami

La questions sous-jacente: comment devient-on riche ? Inné ou acquis ?

Thème de cet article : Taxer plus fortement les plus riches. Bonne ou mauvaise idée?

Sujet-débat qui n'est d'ailleurs pas seulement au coeur de cette élection: le riche français a, et a toujours été "l'homme à abattre". Nous sommes les enfants de la Révolution Française et les cultivateurs d'une lutte des classes malsaines qui exacerbent les haines et monte les uns contre les autres.
Mais ce que je voudrais dire ici c'est que l'on ne devient pas riche par hasard ni par chance.
Bien sur il y a les "fils de", les héritiers... appelez les comme vous voudrez. Ils ne sont qu'une minorité. La très grande majorité des riches de noter pays ce sont construits en travaillant beaucoup et en travaillant dur. Chers participant(e)s, ne soyons pas dupes: non nous ne sommes pas tous égaux devant la vie, l'intelligence, l'intellect... mais nous ne devons pas pour autant jeter l’opprobre et vilipender celles et ceux qui réussissent quand d'autres attendent, passivement que la chance vienne à eux.
Seul une infime partie nait riche, une large majorité le devient en travaillant. Pas (ou très peu) de vacances, de congés, de week-end, de sorties, de grâce mat... chacun fait des choix mais il faut les assumer. Les riches ne sont pas des voleurs, des escrocs ou des affreux capitalistes qui "exploitent le pauvre petit ouvrier". Non. les riches ont pris des risques en investissant dans des sociétés, dans des créations d'entreprise; nombreux sont celles et ceux qui d'ailleurs ont échoué dans cette quête, mais pour celles et ceux qui ont réussi prenons plutôt exemple sur eux, tâchons de faire comme eux et arrêtons de toujours vouloir prendre ce qu'il y a dans l'assiette du voisin au lieu de se dire comment faire soi même pour avoir la même chose.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3462735 le dimanche 22 avr 2012 à 19:08

    @lucy, j'ai déjà exposé mes positions et rédiger un certain nombre d'articles avez vous fait l'effort de les lire? Il semble n'avoir obtenu aucun commentaire de votre part dois je comprendre que vous partager mon point de vue! La révolution Russe ne me pose pas de problème si vous vous placez sur la situation du peuple Russe avant la révolution. Le changement appelle souvent le prix du sang je le regrette mais il me semble que c'est ce prix qui pérennise un changement profond au moins en 1917.

  • lucy.j le dimanche 22 avr 2012 à 18:55

    @M3462735 un détail, vous semblez rechercher le débat sans faire l'effort de vraiment débattre, donner vos positions, argumenter, seriez vous à ce point paresseux ?

  • lucy.j le dimanche 22 avr 2012 à 18:52

    @M3462735 je ne pense pas que l'exemple que j'ai choisi ci-après soit "confortable", mais c'est votre droit de le penser, car je suppose qu'il vous gène. Quel est donc votre approche de la politique et votre propre argumentation qui ne soit pas basée sur des exemples confortables ?

  • M3462735 le dimanche 22 avr 2012 à 17:23

    @lucy, apparemment vous aimez bien argumenter votre pensée par des exemples confortables et en tirer une généralité. Y a donc t il pas de révolution bénéfique selon vous?

  • lucy.j le dimanche 22 avr 2012 à 12:19

    Mais non nous ne sommes pas le seul pays à nous être révoltés, il y par exemple la Russie où on a remplacé le Tsar par une dictature de la rue qui a donné le communisme lequel a explosé en vol, pour laisser des pays gangrénés par la corruption ! La Russie est aujourd'hui dirigée par un ex agent du KGB qui a truqué les élections, qui ne connait pas la signification du mot "démocratie". Fallait-il que la révolution fasse des centaines de milliers de morts pour en arriver là ?

  • M3462735 le dimanche 22 avr 2012 à 09:01

    @lucy, votre approche bipolaire de la politique montre la difficulté de penser en dehors des clivages. Concernant la violence je dirais qu'il y a match nul la droite a hélas aussi sa tendance autoritaire qui beaucoup nuit au monde. Sommes nous le seul pays à nous être révolté?

  • lucy.j le samedi 21 avr 2012 à 15:31

    suite : "Responsable" un mot que beaucoup récusent, le "responsable" c'est toujours l'autre, n'est-ce pas ? Mon père avait coutume de dire "tel qu'on fait son lit on se couche!" Je revendique donc notre pleine et entière responsabilité de ce que nous envoyons aux autres, donc ce que nous en recevons. Enfin ne confondons pas "niveau de vie" et "qualité de vie" ce sont deux choses différentes, même si le manque d'argent (Niveau) contribue fortement à la dégradation de la qualité

  • lucy.j le samedi 21 avr 2012 à 15:26

    @M3462735 cela de viendrait-il pas tout simplement de la révolution de 1789 ? Contrairement à ce qu''on puisse penser, ce n'est pas la droite la plus violente, mais bien la gauche (il n'y a qu'à voir le pro-révolutionnaire JL Mélenchon et N. Arthaud en action !). Comme vous le dites très justement les français sont toujours dans le "rapport de force" quitte d'ailleurs à dénoncer une perte de qualité dans les relations humaines dont ils sont en fait responsables.

  • M3462735 le samedi 21 avr 2012 à 11:09

    @lucy, vos propos sont raisonnables mais commun à l'ensemble des pays développés. Hors mon expérience professionnelle m'a fait apparaitre une réelle singularité dans les rapports client fournisseur avec les sociétés françaises par rapport aux sociétés européennes, américaines et même asiatiques. Nous aimons le rapport de force alors que le monde est plus dans une relation de collaboration. Personnellement je n'ai pas d'explication à cette singularité française.

  • lucy.j le samedi 21 avr 2012 à 00:54

    suite et fin : La pornographie donne aux jeunes une image totalement fausse de l'amour, les socialogues s'accordent à dire qu'elle influence leurs pratiques sexuelles ce qui n'est pas sans conséquence grave à la fois sur l’estime de soi, le respect de la femme et les rapports sociaux et sexuels entre les sexes.
    Voilà une réponse relativement brève, certainement non exhaustive sur un sujet grave et complexe.