En Bref

M5694443 21:11 - 09.01.2012 3

Paris, le lundi 9 janvier 2012
Les matières ont peut-être atteint leur plancher
Par Florent Detroy, rédacteur de Matières à Profits
*****************************************************
Les grandes manoeuvres sont-elles en marche sur le marché des matières premières ?
Le cours des matières premières n'a pas connu le rebond des marchés fin 2011. Relativement indifférentes à ce sursaut, les commodities ont préféré attendre les premières statistiques de ce début d'année.

Dettes européennes et conjoncture chinoise, voilà ce qui comptent.

Pourtant certains acteurs ont décidé de faire bouger les choses. Lassés de ne pas avoir de visibilité à long terme, ils ont décidé de réagir. Ils ont ainsi pris leur perte, restructuré leur production, et adapté leur offre.

 En Inde, le gouvernement vient de multiplier par 10 les taxes à l'exportation sur le minerai de fer. La mesure vise à protéger les approvisionnements du pays, qui doit se doter dans les années à venir d'importantes infrastructures. Le gouvernement indien vient ainsi de décider que le ralentissement de l'économie mondiale ne privera pas les Indiens de ponts et de routes.

Le point important, c'est que l'Inde est le troisième exportateur de fer du monde. Le cours des miniers du fer a ainsi immédiatement réagi.

 De même, l'Indonésie a redonné de la vigueur à l'étain et au nickel, en annonçant en fin d'année sa volonté de taxer ses exportations de minerai.

 Enfin, le premier producteur d'aluminium au monde, Alcoa, a annoncé vendredi dernier la fermeture de ses usines les moins rentables. Résultat, le géant va réduire de 12% ses capacités de production !

On se rappelle qu'ArcelorMittal a appliqué exactement la même stratégie en fermant plusieurs usines en 2011.

En résumé :
- Les groupes industriels réduisent la voilure
- Les gouvernements protègent leurs ressources en minerais

Grâce à ces mesures, certaines matières ont probablement atteint leur niveau plancher. Les choses commencent enfin à bouger sur le marché des commodities.

Reste à savoir si ce mouvement s'étendra aux autres marchés. Car certaines matières ont continué de chuter cette semaine.

Agriculture : le blé décroche
Actuellement, c'est le secteur qui ne souffre d'aucune hésitation : la tendance est haussière !

Depuis un mois, le phénomène La Niña prend de l'ampleur. L'absence de pluie en Argentine commence à inquiéter les agriculteurs. Les cours du maïs et du soja ont pris respectivement 0,71% et 0,80% sur la semaine.

Pourtant la situation n'est pas (encore) préoccupante. Il reste encore une semaine avant que la sécheresse n'affecte réellement les prochaines récoltes.

Dans cette tendance haussière, le blé vient de déclarer forfait. Si les cours du maïs et du blé sont corrélés, ce n'est qu'à un certain point.

Avec une baisse de 2,85%, le marché rappelle que les producteurs sont plutôt optimistes sur les récoltes et que les stocks sont satisfaisants aux Etats-Unis.

Métaux de base : le fer en baisse
La hausse du dollar face à l'euro a pesé sur les métaux industriels. Pourtant les métaux ont évolué en ordre dispersé sur la semaine. Alors que l'aluminium et l'étain partaient à la hausse, l'acier chutait.

Si les cours de l'aluminium ont été soutenus par l'annonce d'Alcoa, le fer a étonnement décroché. L'Inde s'étant retirée du marché du fer, il semble que cela fasse surtout les affaires des géants miniers mondiaux. Le leader brésilien du marché du fer, Vale, a ainsi bondi de plus de 10% à Paris ce lundi.

La tendance sur le marché du cuivre est restée neutre, à -0,41%, reflétant ainsi des statistiques contrastées sur l'économie chinoise.

Les prix de l'immobilier en Chine ont continué à baisser en décembre, et ce pour le quatrième mois consécutif. D'un autre côté, les importations de cuivre raffiné en novembre ont enregistré leur deuxième plus haut niveau mensuel historique, à 344 000 tonnes. Cette hausse a été validée par une légère remontée de l'indice PMI pour décembre en Chine.

Enfin l'étain enregistre une hausse de 4,63%. Cette hausse intervient alors que l'Indonésie a annoncé fin décembre vouloir taxer ses exportations de métaux. Jakarta est le premier exportateur d'étain au monde, et le deuxième de nickel (+2,16%).

Le pétrole sous tension
Le pétrole a pris un sérieux coup de chaud avec l'intensification de la joute verbale entre les Etats-Unis et l'Iran. Désormais, le Brent est au-dessus des 113 $.

Pourtant l'Iran vient de tendre la main au groupe des 6 (membre du Conseil de Sécurité de l'ONU plus l'Allemagne) pour revenir à la table des négociations. De toutes façons, les deux camps sont arrivés à la limite de leurs moyens verbaux. L'étape d'après est la guerre. Or le scénario d'un conflit armé me semble improbable.

Comme toujours, des négociations discrètes vont ou sont déjà amorcées. Un apaisement est à attendre de la part d'une tierce partie. L'OPEC, l'AIEA ou l'Union européenne pourrait prochainement rentrer en jeu.

L'or reprend sa marche en avant
En hausse de 3,23%, l'or confirme son passage au-dessus des 1 600 $.

La hausse du dollar, et la faillite du courtier MF Global qui a amené de nombreux investisseurs à vendre leurs positions, expliquent le passage de l'or en dessous des 1 550 $ fin décembre.

Pourtant les tensions autour de la dette européenne sont sur le point de repartir. Et d'entraîner dans leur sillage le retour de l'or en tant que valeur refuge.

Un nouveau quantitative easing 3 jouerait également en faveur de l'or.

Réponses au sujet
Aucune réponse n'a été postée pour l'instant
Pour poster un message dans le forum vous devez être membre Boursorama.
Cliquez ici pour vous connecter ou devenir membre.