Zzzz ! Lille gagne en somnambule .

le
0
Zzzz ! Lille gagne en somnambule .
Zzzz ! Lille gagne en somnambule .

L'un des matchs les plus ennuyeux de l'histoire de l'une des compétitions les moins sexys. Au terme d'une rencontre qui sera vite oubliée, Lille se débarrasse de fantomatiques nantais grâce à deux coups de canons et rejoint Bastia, Paris et Monaco dans le dernier carré de Coupe de la Ligue.


Lille - Nantes
(2-0)

S. Corchia (9'), S. Kjaer (69') pour Lille


Au bout de l'ennui, d'un match bien fade, Lille enchaîne une troisième victoire consécutive. Surtout, les Dogues compostent leur billet pour une demi-finale de Coupe de la Ligue après avoir disposé sans aucun souci de Nantes (2-0). Le LOSC se reprend donc niveau résultat. Pour ce qui est du contenu, il faudra repasser. Face à des Nantais amorphes voire inexistants, les Lillois ont fait le strict minimum : ouvrir le score tôt dans le match puis gérer. Gérer, faire le break puis encore gérer. Pour se rapprocher un peu plus d'une finale au Stade de France. Une Coupe de la Ligue peut sauver une saison. Les hommes de René Girard, distancés en championnat après un automne calamiteux, balayés en Ligue Europa, d'ores et déjà éliminés de la Coupe de France, ne diront pas le contraire.
Trois tirs et puis c'est tout
Ce dernier quart de finale s'annonçait fermé comme le toit du stade Pierre Mauroy et fade comme son ambiance un mercredi soir par 5 degrés à l'extérieur. Pas de mauvais suspens, il l'a été. Sur un rythme très tranquille – beaucoup trop tranquille en fait - Lillois et Nantais ont toutes les difficultés du monde à emballer une rencontre qui ne demande que cela. Mauvaises passes, faux rythme, contre attaques à deux à l'heure et très rares occasions : une belle parade de Vincent Enyama à bout portant face à Alejandro Bedoya en tout début de match puis une autre de Rémy Riou sur une frappe lourde d'Adama Traoré, dont le numéro 33 floqué dans le dos trahi le jeune âge, à la demi-heure de jeu. Entre temps, Sébastien Corchia, seul à une vingtaine de mètres de la cage, a pris tout son temps pour décocher une frappe lointaine et flottante du droit qui se loge dans les filets d'un Rémy Riou avancé (1-0, 9ème). C'est plutôt logique. Toute proportion gardée, les Dogues sont les plus entreprenants en première période, dominateurs de Canaris bien pâles et statiques. Trois tirs et puis c'est tout, la frappe de Rio Mavuba une dizaine de mètres au dessus du...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant