Zubi, l'école est finie

le
0
Zubi, l'école est finie
Zubi, l'école est finie

Il a dessiné les contours de l'Athletic Bilbao actuel et permis à Messi de compter sur le soutien de Luis Suárez et de Neymar. Après avoir dépensé 368,7 millions d'euros dans des stars et quelques bananes, Andoni Zubizarreta (55 ans) débarque à l'OM pour restructurer un club qui en avait bien besoin. Portrait.

Zubizarreta n'a jamais été remplaçant de sa vie. Mieux, avec 622 matchs de Liga au compteur, l'ancien gardien de but de l'Athletic, du Barça et du FC Valence est encore aujourd'hui le recordman du nombre de rencontres disputées dans le championnat espagnol. L'homme aux 55 726 minutes de Liga a longtemps été, aussi, le joueur espagnol avec le plus de sélections, avant que Casillas et Xavi ne le dépassent. Si Zubi est considéré, à l'image d'Arconada, comme une référence absolue en matière de gardien de but en Espagne, dans l'Hexagone, les carrières des deux Basques se résument bien souvent à leurs erreurs respectives. Et pour cause, leurs boulettes ont pour dénominateur commun la France. Si Arconada s'était troué en finale de l'Euro 84 face aux Bleus, Zubi, lui, s'était ridiculisé à la Beaujoire lors d'un match de Coupe du monde contre le Nigeria. Suite à cette grossière faute de main, le natif de Vitoria raccrocha même les crampons sans se douter qu'il finirait un jour par travailler dans le pays qui précipita sa petite mort.

Le plan Marshall de l'Athletic Bilbao


Avant d'atterrir au pays de ceux qui se targuent d'être à jamais les premiers, le chemin du directeur sportif Zubizarreta aura pourtant été long et difficile. En 2001, il pose ses valises à l'Athletic Bilbao. À l'époque, le club n'est pas bien dans ses basques. Enlisés dans un bourbier sportif et économique, les Leones baignent dans une crise identitaire sans précédent. Pour beaucoup, le modèle de formation 100% basque est obsolète. Zubi fait partie de ceux-là et dessine les contours du plan Dena, une sorte de plan Marshall basque censé redynamiser la politique de formation du club. "À cette époque, je ne m'occupais pas de superviser des pros, mais de faire en sorte que le club ne rate aucun talent dans le Pays basque. Pendant que Valdano (ancien directeur sportif du Real Madrid) voyageait en avion pour négocier des contrats avec des stars, moi je prenais le taxi pour découvrir des nouveaux talents." À l'époque, Zubi multiplie ainsi les accords de partenariat avec une multitude de clubs amateurs basques et repousse même les frontières de détections de l'Athletic Bilbao jusqu'en France. S'il flexibilise les conditions d'entrée au centre de formation de l'Athletic, Zubi propulse également Ernesto Valverde, l'un de ses anciens coéquipiers au Barça, à la tête de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant