Zouma, le grand bleu

le
0
Zouma, le grand bleu
Zouma, le grand bleu

Trop costaud, trop lent, jugé terminé par certains lors de son apprentissage, Kurt Zouma aurait pû ne jamais grandir avec un habit de footballeur sur les épaules. Puis un jour, un formateur, un entraîneur, un club ont su lui faire confiance, faire du gosse un apprenti. Un roc devenu homme sous la coupe de Mourinho et qui est en passe de réussir l'impensable : détrôner la légende crêtée John Terry.

Il semblait éternel. Rien, jamais, ne semblait pouvoir le faire sortir de scène. Sa crête faisait partie du décor, sa colère du folkore, ses déroutes d'un pan de l'histoire. À Chelsea, John Terry était un monument. Un homme dont on ne se passait pas pour monter au front, affronter la difficulté, faire tomber l'adversaire. Reste une bataille que l'on ne maîtrise pas. Une guerre mentale, psychologique, qui n'a de variable que le temps qui passe. À 34 ans, le fidèle soldat semble usé, dépassé. La prise de conscience a été sévère, indigne selon certains, lorsque le 16 août dernier, Terry fut remplacé, à l'ombre d'un vestiaire de Manchester. Plus qu'un symbole, ce moment marquera davantage le point de départ d'une révélation : John Terry n'est plus indispensable.

Il ne l'est plus, car usé par un physique capricieux. Il ne l'est plus, car moins performant. Il ne l'est plus, car on a trouvé meilleur que lui au moment où lui semble se ranger avec sagesse. Sa succession a même un nom et un sourire : Kurt Zouma. Qui aurait parié qu'un gamin de vingt ans, après seulement un an sous le maillot des Blues, déplacerait un jour la montagne Terry ? Sérieusement, personne. Reste qu'aujourd'hui, la donne est claire. Depuis le 23 août et un déplacement à West Bromwich, le gosse est titulaire et porte ses 85 kilos en chef adjoint défensif du champion en titre, aux côtés de Gary Cahill. "Ce qui est surprenant, c'est que partout où il passe, Kurt arrive à se faire adopter par ses entraîneurs. On savait qu'il allait exploser, on ne savait juste pas quand", explique son ancien entraîneur à Saint-Étienne, Abdel Bouhazama, avec qui il disputa une finale de coupe Gambardella un soir de mai 2011 face à l'AS Monaco de Kurzawa et Carrasco.

Trop fort, trop tôt


Saint-Étienne, les Verts. Le symbole d'une ville, la haine d'une autre. Kurt Zouma est né à Lyon en octobre 1994. C'était il y a bientôt vingt et un ans. Très vite, dans une famille qui vit pour le ballon, aux côtés de ses frères, Lionel et Woody, le gamin débute le football. Pour lui, ce sera à huit ans, sur les pelouses de Vaulx-en-Velin. "Vous savez, on n'a pas de boule de cristal, la chance est donnée à chaque bon footballeur de la région. Kurt n'avait pas été retenu à l'Olympique lyonnais, on a donc récupéré un joueur revanchard", reprend Abdel Bouhazama. Zouma a alors quatorze ans et impressionne déjà par un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant