Zone euro : un sommet sous l'œil des marchés

le
0
Comme redouté par les investisseurs, le sommet de Bruxelles, vendredi soir, s'annonce difficile et non conclusif.

Les chefs d'État et de gouvernement des dix-sept pays membres de la zone euro sont censés accoucher, vendredi, d'une «réponse globale» à la crise, qui soit ensuite acceptée par les Vingt-Sept, lors du sommet des 24 et 25 mars. Mercredi, le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, est venu présenter à Nicolas Sarkozy l'état d'avancement des discussions au­tour de la gouvernance de la zone euro. Même édulcoré par Bruxelles, rebaptisé «pacte pour l'eu­ro», et non contraignant, le pacte de compétitivité initié par Paris et Berlin ne fait pas l'unanimité. La version finale du document bloque no­tamment sur les questions fiscales, la France et l'Allemagne insistant sur la nécessaire «coordination fiscale» entre les États. «Pour nous, cette notion inclut l'harmonisation fiscale, y compris au niveau du taux d'impôt sur les sociétés», insiste-t-on à l'Élysée.

La question est douloureuse pour l'Irlande, qui pratique un impôt sur les sociétés

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant