Zone euro : Sarkozy pas convaincu par les propositions de Hollande

le
2
Zone euro : Sarkozy pas convaincu par les propositions de Hollande
Zone euro : Sarkozy pas convaincu par les propositions de Hollande

Il était venu à Nice (Alpes-Maritimes) pour le lancement de la caravane promotionnelle des Jeunes Républicains, qui doit rallier la Côte d'Azur au Touquet. Mais ce dimanche, lors d'un discours prononcé sous un soleil de plomb, Nicolas Sarkozy n'a pu éviter le brûlant dossier européen. Alors que le président de la République, François Hollande, s'était prononcé le matin même pour la création d'une «avant-garde» de la zone euro, le président des Républicains a lui aussi donné son avis sur les suites à donner à la crise grecque.

Selon lui, pour assurer la «pérennité» de la zone euro, il est nécessaire de «rapprocher nos économies, avec un leadership franco-allemand à la tête de l'Eurogroupe (NDLR : les ministres des Finances de la zone euro)». «C'est aux Européens de s'occuper des problèmes de l'Europe, pas au FMI ou aux Américains», a-t-il encore assuré.

«Pas besoin d'un parlement de plus»

Dans le «Journal du dimanche», François Hollande a pout sa part proposé la création d'un «gouvernement de la zone euro et d'y ajouter un budget spécifique ainsi qu'un Parlement pour en assurer le contrôle démocratique». Précision apportée par son Premier ministre, Manuel Valls, dans le courant de la journée : ce sont «les pays fondateurs (France, Allemagne, Italie, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) de l'Union européenne», qui sont concernés». Quant à la «deuxième chambre» européenne, elle pourrait regrouper, selon lui, soit les membres du Parlement européen des pays concernés, soit une partie des députés des parlements nationaux.

«Très franchement, je ne pense pas qu'on ait besoin d'un parlement de plus», a rétorqué Nicolas Sarkozy, invité par la presse à commenter ces propositions. «On a besoin de coordonner les politiques économiques pour être beaucoup plus fort, on a besoin d'une politique économique française qui ne soit pas en contradiction avec la politique économique de tous les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 le dimanche 19 juil 2015 à 22:34

    On ne lui a rien demandé, alors pourquoi donne il tj. son avis ?????

  • M2487190 le dimanche 19 juil 2015 à 21:20

    ils sont mieux les uns et les autres ? j'ai compris si certanis francais jugent le contraire : ce sont les extremistes,...les populistes (vraiment MDR)