Zone euro : pour Juncker, Hollande n'est pas à l'avant-garde

le
1
Le président de la Commission européenne n'a pas apprécié la proposition du président français de mettre en place un gouvernement de la zone euro.
Le président de la Commission européenne n'a pas apprécié la proposition du président français de mettre en place un gouvernement de la zone euro.

L'idée n'est, certes, pas nouvelle. Exprimés au lendemain de l'accord trouvé entre la Grèce et ses créanciers et étayés dans une « lettre à Jacques Delors », publiée dans le Journal du dimanche, le 19 juillet, les espoirs de François Hollande de constituer une « avant-garde » de la zone euro, dotée d'un « budget spécifique » et d'un « Parlement de l'Eurozone », n'ont pas suscité l'enthousiasme à Bruxelles, loin de là.

Lire aussi Zone euro : Hollande, le romantisme et l'avant-garde (édition)

Le président français s'est même attiré les foudres d'un de ses plus « européistes » homologues, Jean-Claude Juncker. Dans une interview parue dans le quotidien belge Le Soir mercredi, le président de la Commission et ancien président de l'Eurogroupe, qui se dit pourtant très favorable à ces idées, fustige le mutisme français lors des réunions entre les chefs d'État. Pour ce dernier, ce débat arrive trop tard.

La vindicte de Juncker

Jean-Claude Juncker vient en effet tout juste de présenter aux chefs d'État son « rapport des cinq présidents » donnant les orientations pour approfondir l'Union économique et monétaire (UEM). Le Luxembourgeois conservateur, qui rappelle avoir longtemps plaidé « pour des changements de traités », voulant y ajouter « le terme de gouvernement économique » quand « tous les autres y étaient opposés », se demande pourquoi le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le vendredi 24 juil 2015 à 08:43

    C'est l'hopital qui se f...Sur que l'avis d'un ex dirigeant d'une lessiveuse...Hollande est populaire, chez les fonctionnaires et dans les Dom/Tom !