Zone euro/PMI-L'euro faible tire vers le haut le secteur manufacturier

le
0

par ut PARIS/LONDRES/BERLIN, 1er avril (Reuters) - Principaux résultats, définitifs pour l'Allemagne, la France et la zone euro, des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat du secteur manufacturier en Europe publiés mercredi. * ZONE EURO - L'EURO PERMET UNE ACCÉLÉRATION MANUFACTURIÈRE LONDRES - L'activité manufacturière a accéléré plus vite qu'on ne l'avait cru en mars, un nouveau signe du redressement économique de la zone euro. L'indice des directeurs d'achats (PMI) Markit est ressorti à un pic de 10 mois de 52,2 dans sa version finale en mars, dépassant l'estimation flash le donnant à 51,9. En février il avait été de 51,0, tout comme en janvier. L'indice est au-dessus des 50, la démarcation entre croissance et contraction, depuis 21 mois. Ce signe d'une amélioration de la conjoncture économique dans la zone euro devrait être bien accueilli par la Banque centrale européenne (BCE), qui s'est lancée début mars dans un programme d'assouplissement quantitatif pour relancer l'activité et éloigner le spectre de la déflation. "Le chiffre définitif du PMI suggère une croissance plus marquée du secteur manufacturier que ce qui avait été initialement projeté, ce qui vient une nouvelle fois illustrer la reprise de l'économie dans la zone euro après le ralentissement de l'an dernier", déclare Chris Williamson, économiste chez Markit. "Le mois de mars a été caractérisé par la plus forte hausse des commandes à l'exportation depuis avril 2014. Les entreprises ont dit que la faiblesse de l'euro est le principal facteur d'explication de la progression de ces nouvelles commandes." L'anticipation du programme d'assouplissement quantitatif puis son lancement effectif pèsent sur l'euro depuis le début de l'année, la monnaie unique ayant ainsi perdu plus de 11% par rapport au dollar sur les trois premiers mois de 2015. Les entreprises ont à nouveau baissé leurs prix en mars mais de manière très limitée. * ALLEMAGNE - L'ACTIVITÉ MANUFACTURIÈRE S'ACCÉLÈRE BERLIN - L'activité manufacturière a enregistré en mars son taux de croissance le plus soutenu en près d'un an, montre mardi l'enquête PMI, qui suggère un bon premier trimestre pour l'un des piliers de la première économie européenne. L'indice PMI manufacturier, qui représente environ un cinquième du produit intérieur brut (PIB) allemand, s'est établi en version définitive à 52,8, contre 52,4 en première estimation, 51,1 en février et 50,9 en janvier. Le chiffre de mars, au plus haut depuis avril 2014, se situe ainsi au-dessus du seuil de 50 séparant croissance et contraction de l'activité pour le quatrième mois de suite. Les nouvelles commandes ont afflué et les carnets de commandes se sont étoffés, ce qui a conduit les manufacturiers à augmenter leur production à un ryhtme inédit depuis avril 2014 et à continuer d'embaucher. Certaines entreprises ont noté que la faiblesse de l'euro les avait aidées à décrocher de nouveaux contrats à l'étranger, tout en soulignant que cette évolution augmentait le coût des importations. Les sociétés ont par ailleurs augmenté leur prix pour la première fois depuis octobre. "Le secteur manufacturier semble avoir apporté une contribution positive au PIB du premier trimestre, le PMI moyen des trois premiers mois de l'année étant le plus élevé depuis le deuxième trimestre 2014", note Oliver Kolodseike, économiste chez Markit. * FRANCE-DÉCÉLÉRATION DE LA CONTRACTION PARIS - L'activité dans le secteur manufacturier s'est contractée pour le onzième mois consécutif en mars en France mais à un rythme nettement moins marqué qu'en février, selon les résultats définitifs de l'enquête mensuelle auprès des directeurs d'achat publiés mercredi par Markit. L'indice global du secteur est ressorti à 48,8 contre 47,6 un mois plus tôt et 49,2 en janvier. Ce niveau est sensiblement supérieur à la marque de 48,2 donnée en première estimation mais reste sous la barre de 50. Markit fait état d'un ralentissement de la contraction de la plupart des composantes de son indice, production, nouvelles commandes, emploi et stocks d'achats des entreprises du secteur manufacturier. Et si l'activité des fabricants de biens intermédiaires et de biens d'équipement a continué de diminuer en mars, celle des fabricants de biens de consommation a augmenté. Jack Kennedy, économiste de Markit, souligne que la récente dépréciation de l'euro n'a pas suffi à empêcher un nouveau recul des ventes à l'export des entreprises françaises. Selon lui, "les perspectives de reprise prochaine du secteur restent faibles (...) et l'industrie manufacturière aura probablement freiné la progression du PIB au premier trimestre", attendue pour l'instant à 0,3% par l'Insee comme par la Banque de France. * ITALIE-PIC DE 11 MOIS DANS L'INDUSTRIE ROME - L'activité manufacturière a crû en mars à son rythme le plus marqué en 11 mois, un nouveau signe suggérant que la troisième puissance économique de la zone euro est enfin en train de sortir de sa plus longue récession depuis la fin de la Deuxième Guerre monndiale. Selon l'enquête réalisée par Markit et l'association nationale des directeurs d'achat Adaci, l'indice PMI s'est établi à 53,3 contre 51,9 en février et 49,9 en janvier. Le sous-indice des nouvelles commandes a bondi de 51,2 en février à 54,5 en mars. L'Italie, qui n'a pas connu un seul trimestre de croissance sur les trois dernières années, devrait voir son PIB augmenter de 0,7% cette année, selon les nouvelles projections que le gouvernement présentera au cours du mois. ID:nL6N0WV0NU * ESPAGNE-LA REPRISE ACCÉLÈRE DANS LE SECTEUR MANUFACTURIER MADRID - Le secteur manufacturier a vu sa croissance s'accélérer en mars, avec, à la clef, un niveau de créations d'emplois jamais vu depuis près de huit ans, montre l'enquête Markit. L'indice PMI manufacturier a atteint 54,3 le mois dernier, contre 54,2 en février et 54,7 en janvier, se situant ainsi au-dessus de la barre de 50 pour le seizième mois d'affilée. L'économie espagnole est sortie à la mi-2013 de cinq ans de récession ou de stagnation et connaît depuis une forte croissance, mais avec un taux de chômage qui reste non loin de 24%. "Le point marquant de l'enquête est la plus forte hausse des embauches depuis la mi-2007, signe que le marché du travail continue de s'améliorer", déclare Andrew Harker, économiste chez Markit. Cela fait désormais 15 mois de suite que l'emploi est en hausse dans le secteur manufacturier L'Espagne, quatrième puissance économique de la zone euro, a bénéficié au quatrième trimestre 2014 de sa plus forte croissance depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, grâce, entre autres, au dynamisme de la consommation des ménages, celui de l'investissement des entreprises et la chute des prix de l'énergie ID:nL5N0W032Q * PAYS-BAS-21E MOIS DE CROISSANCE POUR L'INDUSTRIE AMSTERDAM - Le secteur manufacturier a vu sa croissance accélérer en mars, les industriels embauchant davantage et les temps de livraison s'allongeant, montre une enquête. L'indice NEVI/DPA ajusté est ainsi ressorti à 52,5 contre 52,2 en février à 54,1 en janvier. Il est ainsi pour le le vingt-et-unième mois de suite supérieur à la barre des 50. * IRLANDE-LA CROISSANCE RESTE SOUTENUE DUBLIN - L'activité du secteur manufacturier a continué de croître à un rythme soutenu en mars, tout en soufflant quelque peu après avoir enregistré le mois précédent sa hausse la plus marquée en 15 ans, selon l'enquête PMI. L'indice PMI/Investec s'est ainsi établi 56,8, contre 57,5 en février et 55,1 en janvier. Il est ainsi au-dessus de la barre des 50 pour le vingt-deuxième mois d'affilée. L'économie irlandaise a fortement rebondi depuis sa sortie, fin 2013, du programme d'aide international octroyé en 2011 par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI). Le produit intérieur brut (PIB) du pays a augmenté de 4,8% sur l'ensemble de 2014, ce qui a constitué le taux de croissance le plus élevé de l'Union européenne. * RUSSIE-QUATRIÈME MOIS DE SUITE DE CONTRACTION MOSCOU - La contraction de l'activité manufacturière s'est accélérée en mars par rapport en février, les perspectives restant moroses pour un pays affecté par la chute des cours du brut et les conséquences de la crise en Ukraine. L'indice PMI HSBC du secteur manufacturier, qui pèse à hauteur de 16% du produit intérieur brut (PIB) russe, est tombé à 48,1 contre 49,7 en février et 47,6 en janvier, niveau qui avait représenté un plus bas depuis juin 2009. Cet indice est sous la barre de 50 pour le quatrième mois de suite. Paul Smith, économiste chez Markit, note que, malgré des conditions qui restent difficiles pour le secteur, il y a des espoirs de stabilisation en cours d'année. (Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant