Zone euro : le risque d'une contagion chinoise

le
5
Les exportations représentent près de 20% du PIB de la zone euro, dont la Chine est le deuxième partenaire commercial. Ici, le port de Rotterdam. (© J. Forest)
Les exportations représentent près de 20% du PIB de la zone euro, dont la Chine est le deuxième partenaire commercial. Ici, le port de Rotterdam. (© J. Forest)

La situation économique de la zone euro n’est pas déprimante. La croissance du PIB au deuxième trimestre vient d’être révisée en hausse, de 0,3 à 0,4%. L’indice PMI Composite, qui reflète la confiance des décideurs économiques, est de nouveau remonté. Il s’établit à 54,3 en août, bien au-dessus du seuil d’expansion (50). Le chômage a reculé de deux dixièmes de point en juillet, repassant sous la barre de 11%, à 10,9%, avec des baisses très significatives en Espagne et en Italie. Enfin, la distribution de crédit a continué de progresser cet été.

Recul des importations des économies émergentes

Cependant, on ne jubile pas du côté de la Banque centrale européenne (BCE). L’institution a abaissé ses projections de croissance pour la zone, de 1,5 à 1,4% pour 2015, et de 1,9 à 1,7% pour l’an prochain. Son président, l’italien Mario Draghi, a également décidé de relever de 25 à 33% la part maximale des émissions d’obligations souveraines que la BCE pourra souscrire dans le cadre de son programme d’achats d’actifs. Une décision technique mais aussi symboli­que qui vise à «prouver la flexibilité et la capacité d’adaptation de la banque centrale», estiment les analystes d’Aurel BGC.

Bloc "A lire aussi"

Les dirigeants de la BCE craignent une dégradation de l’environnement international. Une chute prononcée de la croissance

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M415325 le vendredi 11 sept 2015 à 11:02

    Surtout quand l état ouvre les frontières de l' Europe. Apres avoir acheté une partie de la Grèce les chinois achètent nos aéroports avec la complicité d'un gouvernement socialiste et le silence assourdissant de la droite

  • bern1616 le vendredi 11 sept 2015 à 09:59

    oui,action,mon fils me dit c pas de l'argent je lui répond t'inquiète avec tes vie à 8€ tu risques rien:)

  • cidem le vendredi 11 sept 2015 à 09:56

    renimar : pourquoi l'argent sorti de nul part de la BCE devrait venir dans la poche des gens ? Il est destiné a soutenir les multinationales. et elles se gavent. A leur place, je maintiendrai ce système. La BCE sera bien plus longtemps solvable que les consommateurs. Tant que l'argent n'arrive pas aux gens: pas d'inflation de prix. L’intérêt de la haute finance et des multinationales, c'est que la BCE FED etc... arrosent sans que cela arrive jusque aux gens.

  • perkele le vendredi 11 sept 2015 à 09:48

    si on pouvait être contaminé par la croissance à 7% de la Chine, ce serait pas mal, parce qu'on en est très loin ))))

  • remimar3 le vendredi 11 sept 2015 à 09:27

    Ce n'est pas la Chine le problème, c'est l'économie réelle des autres pays qui n'a pas été bien soignée par les différents QE. L'argent ne va pas dans la poche des gens mais dans celui des multinationales. Elles ont oublié que leur richesse venait aussi de la consommation des gens. Pas de croissance pas de consommation. Il va falloir qu'elles repensent leur modèles économiques et les états aussi.