Zone euro-Le crédit au secteur privé peine à repartir

le
0

par Paul Carrel FRANCFORT, 26 mars (Reuters) - Le léger recul du crédit aux entreprises et aux ménages au mois de février au sein de la zone euro a douché les espoirs d'une première hausse en trois ans mais les signes d'une lente reprise de l'offre de crédit devraient soutenir la reprise de l'activité. La crédit au secteur privé s'est contracté de 0,1% en rythme annuel le mois dernier et son évolution pour le mois de janvier a été abaissé à -0,2%, a annoncé la Banque centrale européenne (BCE). Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une augmentation de 0,1% du crédit au secteur privé dont la dernière variation positive en glissement annuel remonte au mois de mars 2012. La faiblesse des prêts aux entreprises a pesé sur l'économie de la zone euro entravant sa reprise mais le président de la BCE Mario Draghi a fait état cette semaine d'un redémarrage de la demande, l'amélioration des conditions financières rendant de nouveaux projets d'investissement attractifs. Certaines évolutions encourageantes peuvent d'ailleurs être notées dans les données sur les développements monétaires de la zone euro le mois dernier, publiées par la BCE. Les crédits nouveaux aux sociétés non financières ont progressé de 11 milliards d'euros sur le mois. "Les développements monétaires et du crédit fournissent une nouvelle illustration de l'amélioration des perspectives économiques de la zone euro", a commenté Teunis Brosens, économiste chez ING. La masse monétaire M3 a progressé de 4,0% en rythme annuel en février, a dit la BCE. Le déploiement de la stimulation monétaire par la BCE a accéléré la transmission du bas niveau des taux d'intérêt à l'ensemble du système financier, a expliqué lundi le président de l'institution monétaire lors d'une audition devant le Parlement européen. La BCE a abaissé ses taux directeurs à des plus bas records, prêté des milliards aux banques et s'est lancée dans un programme d'achats massifs d'actifs, principalement d'obligations souveraines, pour soutenir l'économie de la zone euro et relancer l'inflation tombée en territoire négatif afin de la ramener vers son objectif d'une hausse proche de, mais inférieure à 2% à moyen terme. (Marc Joanny, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant