Zone euro-La croissance de l'activité au plus bas de 2014

le
0

par Jonathan Cable LONDRES, 3 septembre (Reuters) - La croissance de l'activité des entreprises a été en août la plus basse de l'année en zone euro, le conflit ukrainien ayant nettement freiné les dépenses et l'investissement, montrent les indices d'activité PMI publiés mercredi. Les signes de ralentissement de la croissance, à quoi s'ajoute le fait que les entreprises continuent de baisser leurs prix à un rythme encore plus soutenu, sont autant de pressions supplémentaires sur la Banque centrale européenne (BCE) à la veille de sa réunion de politique monétaire. L'indice composite de Markit, qui suit les évolutions de la croissance à la fois dans les secteurs secondaire et tertiaire, est tombé à un plus bas de huit mois de 52,5 contre 53,8 en juillet et 52,8 en estimation flash. Il est toutefois au-dessus de la barre des 50, qui délimite la croissance de la contraction, pour le 14e mois consécutif. La croissance de l'Allemagne, moteur éonomique de l'Europe, a régressé à son plus bas niveau en 10 mois, tandis que la France, deuxième économie de la zone euro, a vu son activité se contracter pour le quatrième mois d'affilée. La croissance continue de s'imposer en Grande-Bretagne mais certains signes tendent à montrer que le conflit ukrainien risque de peser sous peu. La situation est plus contrastée avec d'autres pays de la zone euro: l'Italie, retombée en récession récemment, subit une contraction à la fois dans l'industrie et les services, tandis que l'Espagne et l'Irlande ont au contraire le pied au plancher. "A l'inverse de la tendance attendue par les analystes, la croissance de la zone euro décélère en août, ce qui devrait renforcer les voix s'élevant en faveur du lancement d'un programme d'assouplissement quantitatif de grande ampleur par la BCE (Banque centrale européenne)", commente Chris Williamson, économiste en chef de Markit. Le sentiment que la BCE était prête à se lancer dans un programme de rachat d'actifs, dit d'assouplissement quantitatif (QE), a enflé après que son président Mario Draghi eut dit en août que l'institut d'émission était prêt à réagir avec tous les moyens à sa dispositions si l'inflation, qui n'a été que de 0,3% en août, continuait de baisser. Le sous-indice composite des prix de production, en deçà de 50 depuis avril 2012, est tombé à un plus bas de trois mois de 48,9 contre 49 en juillet, les entreprises baissant les prix pour réaliser du volume. Une enquête Reuters publiée la semaine passée fixait à 75% la probabilité que la BCE lance un QE d'ici mars pour empêcher une déflation et redonner des couleurs à la croissance. La croissance de la zone euro a stagné au deuxième trimestre et la confiance des entreprises de services en l'avenir est au plus bas depuis un an en raison du conflit ukrainien et de ses répercussions. Le sous-indice des anticipations des entreprises a subi sa perte la plus lourde depuis la toute fin de la crise financière, à 58,5 contre 61,7 en juillet. "Les tensions en Ukraine pèsent également de manière évidente sur la confiance, limitant les dépenses des entreprises ainsi que l'investissement", observe Chris Williamson. L'indice du seul secteur des services s'est inscrit à 53,1 contre 54,2 en juillet et 53,5 en estimation flash. Le détail des indices PMI ID:nL5N0R40I8 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant