Zone euro-La chute des rendements, casse-tête pour la BCE

le
0
    * Rendement négatif pour la moitié des titres d'Etat en 
Europe 
    * Rendement des titres d'Etat à 5 ans allemands sous -0,40% 
    * Nouvelle baisse attendue si la BCE assouplit à nouveau 
 
    par Abhinav Ramnarayan 
    LONDRES, 10 juin (IFR) - Les banques centrales nationales de 
la zone euro en quête d'actifs à acquérir pour le compte de la 
Banque centrale européenne (BCE) dans le cadre de son programme 
d'assouplissement quantitatif sont confrontées au casse-tête de 
la réduction de l'univers des obligations souveraines éligibles 
au fur et à mesure de la baisse des rendements.  
    Le rendement des obligations d'Etat à 10 ans allemandes a 
atteint vendredi un nouveau plus bas record à 0,016% et se 
rapproche de zéro en raison des inquiétudes sur la croissance 
mondiale et les conséquences d'une possible sortie du 
Royaume-uni de l'Union européenne.  
    La BCE s'est notamment imposé comme règle de ne pas acheter 
d'obligations dont le rendement serait inférieur à son taux de 
dépôt, actuellement fixé à -0,40%. Mais cette restriction se 
révèle contre-productive au fur et à mesure qu'un plus grand 
nombre d'obligations souveraines voient leur rendement 
s'enfoncer toujours plus en territoire négatif.  
    Près de la moitié de l'encours de 3.200 milliards d'euros 
d'obligations souveraines européennes présente un rendement 
négatif, selon des estimations de Citigroup.  
    Des calculs de BNP Paribas montrent que l'encours des dettes 
souveraines d'une maturité de deux à 31 ans dont le rendement 
est inférieur à -0,40% atteint 593 milliards d'euros.  
    "Les rendements diminuent, une large proportion des 
obligations d'Etat allemandes ont un rendement inférieur à 
-0,40%", a dit Michael Spies, responsable de stratégie sur la 
dette souveraine et parapublique de Citi. 
     
    NÉCESSAIRE RECALIBRAGE 
    "La Bundesbank est obligée d'aller toujours plus loin sur la 
courbe et elle pousse les rendements des emprunts de son Etat 
sous le seuil en dessous duquel elle ne peut plus en acheter, 
cela revient à une prophétie auto-réalisatrice." 
    La Bundesbank n'a pas souhaité faire de commentaire.  
    Avec la diminution de l'univers des titres éligibles, la 
BCE, via la Bundesbank, risque d'être contrainte de réduire ses 
achats de Bunds pour ne pas enfreindre une autre règle qu'elle 
s'est imposée, à savoir ne pas détenir plus de 33% de l'encours 
d'une obligation donnée.  
    Si la situation perdure, les critères d'éligibilité devront 
être revus car le remplacement des Bunds par des obligations 
émises par d'autres Etats de la zone euro pourrait conduire à 
enfreindre une autre règle, très sensible politiquement, 
imposant à la BCE de respecter dans le dosage de ses achats le 
poids de chacun des Etats-membres dans son capital, ont dit des 
analystes de Commerzbank.  
    "Les deux options qui seront le plus vraisemblablement 
étudiées sont l'assouplissement de la restriction liée au taux 
de dépôt et celui de la limite de détention d'un tiers au 
maximum d'une émission donnée", ont-ils ajouté, précisant que 
cette dernière piste serait sans doute privilégiée.   
    Ils s'attendent néanmoins à une poursuite de la baisse des 
rendements.  
    "Nous maintenons notre position selon laquelle les 
rendements chuteront encore dans le courant de cette année quand 
il deviendra clair que les mesures actuelles de la BCE ne 
répondent pas aux attentes, entraînant un nouvel assouplissement 
et un recalibrage des paramètres de l'assouplissement 
quantitatif", préviennent-ils.  
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux