Zone euro: l'inflation proche de 2% en 2018-19, selon Draghi

le
0
Le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, à Strasbourg le 21 novembre 2016 ( AFP / FREDERICK FLORIN )
Le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, à Strasbourg le 21 novembre 2016 ( AFP / FREDERICK FLORIN )

Le gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, estime que le taux d'inflation dans la zone euro devrait se rapprocher des 2% en 2018-19, dans un entretien publié mercredi par El Pais.

"Nous prévoyons que l'inflation atteindra à nouveau un niveau compatible avec notre objectif, c'est-à-dire un taux proche de 2%, entre 2018 et 2019", a déclaré M. Draghi, une semaine avant le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, le 8 décembre.

Pour tenter de relancer l'économie européenne en stimulant la demande, la BCE a multiplié les mesures visant à rendre l'argent bon marché, notamment avec des taux d'intérêt à des niveaux historiquement bas afin de faciliter le crédit et donc la consommation.

La banque a également racheté en masse des titres de dettes sur les marchés, une manière d'injecter plus d'argent encore.

Interrogé sur la poursuite de cette action le gouverneur a répondu que la "décision appartient au conseil (des gouverneurs), qui la prendra le 8 décembre".

"A l'heure actuelle nous confirmons notre engagement pour le maintien du niveau très considérable de QE (quantitative easing: politique monétaire ultra-accommodante en zone euro), pour garantir une convergence soutenue de l'inflation vers un niveau inférieur quoi que proche aux 2% à moyen-terme", a-t-il déclaré.

La BCE lutte en effet depuis plusieurs années contre les risques de déflation, cercle vicieux de baisse des prix qui finit par entraîner des difficultés pour les entreprises, les emplois et l'économie en général.

En novembre l'inflation dans la zone euro a atteint 0,6%, son niveau le plus haut depuis 31 mois, selon une première estimation publiée mercredi, une bonne nouvelle pour la BCE.

Mais de nombreux observateurs estiment que l'institution monétaire de Francfort va décider en décembre d'étendre encore son action pour soutenir l'inflation car elle reste faible, par exemple en prolongeant la durée de son programme de rachats d'actifs, qui court pour l'instant jusqu'à mars 2017.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant