Zone euro : l'économie fait de la résistance

le
1
Le siège de la BCE à Francfort. (© BCE)
Le siège de la BCE à Francfort. (© BCE)

Les attentats survenus à Paris et à Saint-Denis vont-ils saper la reprise en zone euro ? Il est bien sûr trop tôt pour le dire, et beaucoup dépendra de la multiplication ou non des actes terroristes. Le climat anxiogène devrait peser au moins à court terme sur la con­sommation et le tourisme dans la deuxième économie européenne.

En outre, on sait avec certitude que les finances publiques seront touchées : l’exé­cutif français a d’ores et déjà annoncé que le retour à un déficit de 3% en 2017 serait «forcément» compromis face à l’augmentation des dépenses de sécurité. Une déclaration bien accueillie à Bruxelles, où l’on fait valoir que le pacte de stabilité n’est «ni rigide, ni stupide».

Résilience au choc estival

Ces tragiques événements adviennent dans un contexte de reprise modeste. Sortie de récession au printemps 2013, la zone euro a affiché une croissance de 0,3% au troisième trimestre.  Soit une légère décélération par rapport au deuxième (+0,4%) malgré trois soutiens de taille : un euro déprécié, des prix de l’énergie bas et des taux d’intérêt très faibles.

En réalité, cette évolution témoigne plutôt d’une bonne résistance face à une économie mondiale qui a connu un trou d’air cet été, lié au freinage chinois et à son impact sur d’autres pays émergents. Les experts de

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le jeudi 19 nov 2015 à 13:12

    article opportuniste....