Zone euro/Indicateurs-Stabilité du taux de chômage à 11,5%

le
0

BRUXELLES/FRANCFORT, 30 septembre (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés en septembre : * L'INFLATION RALENTIT À 0,3% EN SEPTEMBRE, COMME PRÉVU 30 septembre - L'inflation en zone euro a décéléré à 0,3% en rythme annuel en septembre, comme attendu par les économistes, en raison de baisses des prix dans l'alimentation et l'énergie, selon l'estimation rapide publiée mardi par Eurostat. Les économistes prévoyaient en moyenne un taux d'inflation de 0,3% après celui de 0,4% annoncé pour juillet et août. La première estimation d'Eurostat ne porte que sur la variation annuelle du coût de la vie. Les prix des produits alimentaires frais ont baissé de 0,9% par rapport à septembre 2013 et ceux de l'énergie de 2,4%. En excluant ces deux catégories volatiles, l'inflation de base, selon la terminologie de la Banque centrale européenne, a ralenti à 0,7% contre 0,9% en août. * STABILITÉ DU TAUX DE CHÔMAGE À 11,5% EN AOÛT 30 septembre - Le taux de chômage est resté stable à 11,5% en août dans la zone euro, comme en juin et juillet, a annoncé Eurostat mardi. Dans les 28 pays de l'UE, le taux de chômage s'est établi à 10,1% contre 10,2% les deux mois précédents. * LE SENTIMENT ÉCONOMIQUE AU PLUS BAS DEPUIS FIN 2013 29 septembre - Le sentiment économique est retombé en septembre à un plus bas depuis fin 2013 tandis que les anticipations d'inflation, aussi bien des ménages que des entreprises, ont encore baissé. Selon des données de la Commission européenne, le sentiment dans les 18 pays partageant l'euro s'est établi à 99,9 contre 100,6 en août et un consensus Reuters de 100,0. Les seuls secteurs d'activité ont le sentiment s'est légèrement amélioré sont les services et la construction. Le climat des affaires a évolué de pair avec le sentiment économique, s'inscrivant à 0,07 ce mois-ci, un plus bas depuis octobre 2013, contre 0,16 en août. La composante qui mesure les anticipations d'évolution des prix à la consommation a baissé à 4,0 contre 6,6 en août. En décembre 2013, ce chiffre était encore de 15,1. Le recul des anticipations illustre le très faible niveau des pressions inflationnistes dans l'économie de la zone euro, situation qui a conduit la Banque centrale européenne à multiplier les initiatives pour tenter d'éviter une situation de déflation. Graphique : http://link.reuters.com/bas36s * LES PRÊTS AU PRIVÉ TOUJOURS ORIENTÉS À LA BAISSE 25 septembre - Les prêts au secteur privé dans la zone euro ont diminué de 1,5% en rythme annuel en août, leur 28e mois consécutif de repli, montrent les statistiques publiées jeudi par la Banque centrale européenne. Août marque toutefois une légère atténuation de cette baisse, devenue l'une des principales préoccupations de la BCE, puisque le recul avait été de 1,6% en juillet. La masse monétaire M3, mesure large des liquidités en circulation dans l'économie, a quant à elle augmenté de 2,0% en rythme annuel le mois dernier, une progression conforme au consensus établi par Reuters. Sa croissance sur le trimestre juin-août s'est parallèlement accélérée à 1,8% contre 1,5% sur mai-juillet, précise la BCE. * LA CONFIANCE DES CONSOMMATEURS FLÉCHIT EN SEPTEMBRE 22 septembre - La confiance du consommateur a diminué plus que prévu en septembre dans la zone euro, perdant 1,4 point pour toucher -11,4, montrent les données en première estimation publiées lundi par la Commission européenne. Les économistes attendaient -10,5, selon la prévision médiance du consensus. Pour l'ensemble de l'Union européenne, l'indice perd 1,6 point par rapport au mois d'août, à -8,0 points. La confiance du consommateur européen a progressé au premier trimestre avant de reculer à l'image de la croissance, qui a stagné dans la zone euro au deuxième trimestre. * SORTIES NETTES DE CAPITAUX EN JUILLET 19 septembre - La zone euro a connu des sorties nettes de capitaux de 17,3 milliards d'euros en juillet, après des entrées nettes de 26,2 milliards en juin, a annoncé la Banque centrale européenne (BCE) vendredi. Elle enregistre un excédent courant CVS de 18,7 milliards d'euros en juillet contre 18,6 milliards le mois précédent. Tableau: ID:nF9N0OS01E * INFLATION DE 0,4% EN AOÛT SUR UN AN 17 septembre - L'inflation a finalement été plus marquée qu'initialement estimé en août grâce à une augmentation supérieure aux attentes des prix dans les services, selon des données publiées mercredi par Eurostat. Les prix à la consommation dans les 18 pays partageant la monnaie unique ont augmenté de 0,1% d'un mois sur l'autre en août et de 0,4% sur un an. En première estimation, Eurostat avait fait état d'une inflation annuelle de 0,3%. Hors prix à l'énergie, l'inflation est de 0,7% sur un an, contre +0,6% en première estimation. Malgré cette révision à la hausse, le taux d'inflation reste très loin de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE), qui veut une hausse des prix à la consommation juste en déçà de la barre de 2% sur le moyen terme. L'inflation n'a plus atteint ce niveau depuis le premier trimestre 2013. La BCE considère qu'une inflation inférieure à 1% pendant une période prolongée correspond à une "zone de danger". Pour éloigner le spectre de la déflation, la BCE a abaissé au début du mois ses taux directeurs à de nouveaux plus bas, tout en annonçant un programme limité d'achats d'actifs. ID:nL5N0R52VD * COÛTS SALARIAUX EN HAUSSE DE 1,2% SUR UN AN AU T2 16 septembre - La hausse des coûts salariaux dans la zone euro s'est accélérée au deuxième trimestre par rapport au premier en dépit de la stagnation de l'activité économique, montrent les chiffres publiés mardi par Eurostat. Elle a atteint 1,2% en rythme annuel, un chiffre doublé par rapport à celui du premier trimestre. La hausse a été de 1,2% pour les salaires et de 1,0% pour les autres coûts, comme les cotisations sociales. La hausse d'avril-juin s'explique en premier lieu par une progression de 1,7% des coûts salariaux en Allemagne, première économie d'Europe, précise Eurostat. En Italie, retombée en récession au deuxième trimestre, les coûts salariaux ont au contraire stagné par rapport à 2013 après une baisse sur janvier-mars. En France, ils ont augmenté de 0,9% sur un an après +1,3% au premier trimestre; les salaires ont augmenté de 1,5% mais les contributions sociales ont diminué de 0,4%. Tableau ID:nB5N0LH010 Communiqué d'Eurostat: http://bit.ly/1m7zkvD * LES EXPORTATIONS ONT AUGMENTÉ DE 3% EN JUILLET 15 septembre - L'excédent commercial de la zone euro a augmenté en juillet, à la faveur d'un rythme de hausse des exportations plus soutenu que celui des importations, des données qui suggèrent que les échanges avec le reste du monde ont apporté une contribution positive à la croissance. Selon des données publiées lundi par Eurostat, l'excédent commercial non ajusté des variations saisonnières des 18 pays partageant l'euro s'est établi à 21,2 milliards d'euros contre 18,0 milliards il y a un an. Les exportations ont augmenté de 3% en juillet contre une progression de 1% pour les importations. Sur une base mensuelle et corrigées des variations saisonnières (CVS), les exportations ont toutefois reculé de 0,2% en juillet tandis que les importations ont progressé de 0,9%. L'excédent commercial calculé à partir de données (CVS) ressort à 12,2 milliards d'euros, contre 13,8 milliards en juin et 15,2 milliards en mai. Eurostat a aussi annoncé que les exportations vers la Russie ont baissé de 14% sur la période janvier-juin, entraînant une hausse du déficit commercial avec ce pays à 31,7 milliards d'euros contre 29,5 milliards un an plus tôt. Tableau de la statistique : ID:nB5N0LC022 * HAUSSE PLUS FORTE QUE PRÉVU DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE 12 septembre - La production industrielle a rebondi de 1% en juillet, une hausse plus marquée que prévu, montrent les chiffres publiés vendredi par Eurostat. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,5%, après un recul de 0,3% en juin. Par rapport à juillet 2013, l'activité industrielle des 18 a progressé de 2,2%, un chiffre là encore largement supérieur aux attentes (1,3%). Le recul de juin a été confirmé à -0,3%, mais le chiffre en rythme annuel a été révisé en légère hausse à 0,2% contre 0,0% annoncé initialement. Tableau de la statistique : ID:nB5N0LH00X * NOUVELLE CHUTE DE L'INDICE SENTIX EN SEPTEMBRE 8 septembre - L'indice Sentix du sentiment des investisseurs a poursuivi en septembre sa chute entamée le mois dernier, tombant à un creux de plus d'un an, ce qui suggère que la zone euro est susceptible de retomber en récession, selon une enquête publiée lundi. L'indice calculé par le cabinet d'études Sentix est tombé à -9,8 en septembre - au plus bas depuis juillet 2013 - après +2,7 en août et encore 10,1 en juillet. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un indice à 2,0 en moyenne. "Il faut noter que depuis que l'actuel président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a pris ses fonctions, la BCE a toujours réussi à doper les attentes économiques des investisseurs (...) Cela ne semble plus fonctionner", note Sentix dans un communiqué. Jeudi dernier, la BCE a abaissé ses taux directeurs à de nouveaux plus bas sans précédent, tout en annonçant un programme limité d'achats d'actifs, afin de prévenir une déflation et redonner des couleurs à une économie de la zone euro qui stagne. ID:nL5N0R52VD Selon Sentix, la baisse de son indice s'explique surtout par les sanctions économiques contre la Russie, qui ont assombri les perspectives de reprise en Europe et notamment en Allemagne. * UNE REPRISE BLOQUÉE PAR LES STOCKS, L'INVESTISSEMENT 5 septembre - Une baisse de l'investissement et une réduction des stocks ont abouti à une stagnation du Produit intérieur brut (PIB) de la zone euro au deuxième trimestre, par rapport au trimestre précédent, en dépit d'une croissance de la consommation des ménages et d'une contribution positive du commerce extérieur. Eurostat a ainsi confirmé vendredi son estimation d'un PIB inchangé sur la période avril-juin, par rapport à janvier-mars. Par rapport à la période comparable de 2013, le PIB a crû de 0,7%. Les stocks ont retranché 0,2 point au PIB, alors que la consommation des ménages en a ajouté autant. L'investissement a retranché 0,1 point, compensant une contribution positive identique des échanges commerciaux. L'investissement faiblit depuis le dernier trimestre 2013 et beaucoup de responsables européens pensent que c'est en lui que réside le secret d'une remontée de la croissance car les taux d'intérêt sont déjà à des plus bas record et beaucoup de pays doivent encore consolider leurs finances publiques. Le ministre des Finances polonais a réclamé jeudi la création d'un Fonds européen pour l'investissement capable de financer 700 milliards d'euros de projets pour redonner des couleurs à l'économie européenne. L'Allemagne, première économie de la zone euro, soulignait toutefois lundi que trop de pays de l'Union européenne pensaient que l'investissement public pourrait résoudre le problème de la croissance, faisant valoir qu'il fallait également mobiliser l'investissement privé. Tableau: ID:nB5N0LC01S * RECUL DE 0,4% DES VENTES AU DÉTAIL EN JUILLET, COMME PRÉVU 3 septembre - Les ventes au détail ont baissé de 0,4% en juillet dans la zone euro, faisant craindre une poursuite de la faiblesse de l'activité après le coup d'arrêt du deuxième trimestre. La baisse des ventes en volume est conforme aux attentes des économistes interrogés par Reuters. Sur un an, elles ont augmenté de 0,8% alors que le consensus donnait +0,9%. Eurostat a en outre revu en baisse les chiffres de juin, à +0,3% au lieu de +0,4% pour la variation mensuelle et à +1,9% au lieu de +2,4% pour l'évolution sur un an. Le recul de juillet est dû principalement à une baisse de 0,6% des ventes de produits alimentaires, de boissons et de tabac. Hors alimentation et essence, les ventes ont diminué de 0,2% et ce malgré la nouvelle décélération de l'inflation (+0,3% sur un an). Tableau ID:nB5N0LC01R * PRIX PRODUCTEURS EN BAISSE DE 0,1% EN JUILLET, COMME PRÉVU 2 septembre - Les prix producteurs ont légèrement reculé comme prévu en juillet, tirés par la baisse des prix de l'énergie, alors qu'ils ont stagné par ailleurs, ce qui confirme la tendance à la désinflation avant la réunion de la BCE jeudi. Ils ont baissé de 0,1% en juillet par rapport à juin, ce qui est parfaitement conforme aux attentes, en raison d'un recul de 0,6% des prix de l'énergie, a annoncé Eurostat mardi. La variation mensuelle de juin a été revue en hausse, à +0,2% au lieu de +0,1% annoncé initialement. Par rapport à juillet 2013, les prix ont également baissé comme prévu, de 1,1%, leur plus net recul depuis celui de 1,2% d'avril, contre -0,8% (confirmé) pour le mois de juin. La baisse de 3,5% des prix de l'énergie a là encore pesé. Les prix à la production de juillet n'ont augmenté, par rapport à la même période de l'an dernier, que dans trois pays - l'Estonie, l'Irlande et la Lettonie - et ont stagné en Grèce. La plus forte baisse des prix a eu lieu en Belgique, avec un recul de 5,7% sur un an, suivie de la Slovaquie (-2,9%). Les prix producteurs sont considérés comme un indicateur avancé des tendances de l'inflation. A moins que leurs fluctuations ne soient pas répercutées, ils finissent par se traduire par une inflation ou une déflation au niveau des prix de détail. Tableau: ID:nB5N0LC01P Les indicateurs de la zone euro en temps réel ECONEZ Le site d'Eurostat: http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/eurostat/home/ Les indicateurs des mois précédents EZ-Indicateurs-FA

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant