Zone euro/Indicateurs-Nette amélioration du sentiment économique en mars

le
1

BRUXELLES, 30 mars (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés ce mois-ci : * NETTE AMÉLIORATION DU SENTIMENT ÉCONOMIQUE EN MARS Le sentiment économique s'est nettement amélioré en mars pour le quatrième mois d'affilée, selon les résultats des enquêtes publiés lundi par la Commission européenne, qui confirment l'embellie favorisée par la baisse des cours du pétrole, la faiblesse de l'euro et le programme de rachats d'actifs de la Banque centrale européenne (BCE). L'indice du sentiment économique a augmenté de 1,6 point à 103,9, un niveau plus élevé que les attentes des économistes interrogés par Reuters qui prévoyaient en moyenne 103,1. Le climat des affaires s'est également amélioré, son indice passant de 0,09 point à 0,23. Tableau: ID:nB5N0T900M * LA MASSE MONÉTAIRE M3 EN HAUSSE DE 4% 26 mars - Le crédit aux entreprises et aux ménages s'est contracté de 0,1% en février, contrairement aux attentes, tandis que la masse monétaire a augmenté un peu moins vite que prévu, de 4,0%, a annoncé la Banque centrale européenne (BCE). Le consensus Reuters donnait une augmentation annuelle de 0,1% du crédit au secteur privé et une croissance annuelle de la masse monétaire M3 de 4,3%. En moyenne mobile sur la période décembre-février, M3 enregistre une hausse de 3,8% contre 3,5% sur la période novembre-janvier (révisé par rapport à 3,6%). Tableau: ID:nF9N0V901S * INDICE DE CONFIANCE DU CONSOMMATEUR MEILLEUR QUE PRÉVU 23 mars - L'indice de confiance du consommateur dans la zone euro a rebondi plus qu'attendu en mars à -3,7 contre -6,7 en février, montre la première estimation publiée lundi par la Commission européenne. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une amélioration plus limitée, à -5,95. * UN RECUL DES IMPORTATIONS ACCROÎT L'EXCÉDENT COMMERCIAL 18 mars - L'excédent commercial de la zone euro a augmenté à 7,9 milliards d'euros en janvier sous l'effet d'une baisse des importations et notamment de la facture pétrolière, montrent des données publiées mercredi par Eurostat. Ce solde est toutefois bien inférieur à l'excédent de 15 milliards que prévoyaient en moyenne les économistes. En données brutes, les importations ont reculé de 6% par rapport à janvier 2014, à 140,3 milliards d'euros, alors que les exportations sont restées pratiquement stables à 148,2 milliards. Eurostat n'était pas en mesure de fournir des chiffres corrigés des variations saisonnières en raison d'un problème technique. La facture énergétique de la zone euro a chuté de 37% sur un an à 26,4 milliards d'euros, permettant de ramener le déficit des échanges d'énergie à 20 milliards d'euros contre 32,6 milliards en janvier 2014. Le déficit commercial avec la Russie, principal fournisseur d'énergie de la zone euro, a été réduit de pratiquement moitié à 5,4 milliards d'euros mais celui avec la Chine a augmenté à 18,6 milliards d'euros contre 13,7 milliards. Tableau ID:nB5N0VD017 * BAISSE DE 0,3% DES PRIX À LA CONSOMMATION SUR UN AN 17 mars - La chute persistante des prix de l'énergie s'est traduite en février par le troisième mois de suite de baisse des prix à la consommation sur un an, même si elle a été moins marquée qu'un janvier, qui avait constitué un creux depuis juillet 2009. Sur un an, les prix à la consommation dans les 19 pays utilisant la monnaie unique ont ainsi reculé de 0,3% par rapport à février 2013, a dit mardi Eurostat, confirmant ainsi sa première estimation livrée le mois dernier. En janvier, le repli avait été de 0,6% et, en décembre, les prix avaient baissé de 0,2% sur un an. Sur un mois, l'inflation a été de 0,6% en février. Les prix de l'énergie ont augmenté de 1,6% sur un mois en février mais plongeé de 7,9% sur un an. Les prix des aliments non transformés ont pour leur part augmenté de 0,8% sur un mois et de 0,4% sur un an, première hausse en la matière depuis novembre. Hors ces deux éléments, les prix à la consommation ont augmenté de 0,5% sur un mois et de 0,7% sur un an, ce qui marque une accélération par rapport à la progression de 0,6% sur un an en janvier. La Banque centrale européenne (BCE) a comme objectif une hausse des prix à la consommation juste en deçà de 2% sur le moyen terme. Elle a lancé au début du mois son programme de rachats d'actifs destiné à injecter des liquidités dans l'économie et à faire remonter les prix. Tableau de la statistique ID:nB5N0VD012 * HAUSSE NETTEMENT PLUS MARQUÉE QUE PRÉVU DE LA PRODUCTION 12 mars - La production industrielle de la zone euro a légèrement baissé en janvier par rapport au mois de décembre 2014 mais, sur un an, elle a augmenté nettement plus que prévu, montrent des données officielles publiées jeudi. D'après Eurostat, la production a reculé de 0,1% d'un mois sur l'autre mais progressé de 1,2% sur un an, sa hausse la plus marquée en rythme annuel depuis juillet 2014. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne des chiffres de +0,2% et 0,1% respectivement. Les chiffres de décembre ont été revus à la hausse, à +0,3% sur un mois (contre une production inchangée donnée en première estimation) et +0,6% sur un an (contre -0,2%), ce qui conforte le sentiment d'une embellie de l'activité économique dans les 19 pays partageant la monnaie unique. Sur un, la hausse de la production a notamment été le fait de la France, l'Allemagne, l'Espagne et de l'Irlande. En revanche, en Italie, troisième puissance économique de la région, la production a baissé de 2,2%. La production de machines-outils, indicateur avancé de l'activité à venir, a légèrement augmenté sur un mois en janvier et progressé de 1,4% sur un an. Tableau de la statistique ID:nB5N0VD00Z * L'INDICE SENTIX GRIMPE À 18,6, UN PIC DEPUIS AOÛT 2007 9 mars - Le moral des investisseurs dans la zone euro a atteint en mars son meilleur niveau depuis août 2007, le lancement du programme d'assouplissent quantitatif de la Banque centrale européenne ayant pris nettement le dessus sur les inquiétudes liées à la dette grecque. En hausse pour le cinquième mois consécutif, l'indice calculé par l'institut allemand Sentix a atteint 18,6 contre 12,4 en février. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un indice à 15,0, la prévision la plus optimiste étant de 17,5. "L'économie de la zone euro redonne clairement signe de vie", a déclaré dans un communiqué Manfred Hübner, le fondateur de Sentix, en notant que la baisse des cours du pétrole et l'euro faible constituaient d'autres facteurs positifs. Le jugement des investisseurs sur la situation actuelle est à son meilleur niveau depuis mai 2010 et leurs anticipations pour l'avenir sont au plus haut depuis février 2016. Le sous-indice sur l'Allemagne a de son côté inscrit un nouveau record. L'enquête a été effectuée entre le 5 et le 7 mars auprès de 1.025 investisseurs. * CONSOMMATION, INVESTISSEMENT ET COMMERCE ONT SOUTENU LE PIB au T4 6 mars - Le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a enregistré au quatrième trimestre une croissance de 0,3%, portée par les dépenses de consommation, l'investissement et le commerce, confirme la deuxième estimation publiée vendredi par Eurostat. En rythme annuel, le PIB du quatrième trimestre affiche une croissance elle aussi confirmée de 0,9% sur octobre-décembre, après 0,8% sur juillet-septembre. Selon Eurostat, la demande des ménages a ajouté 0,2 point de pourcentage au PIB, la formation brute de capital fixe 0,1 point et le commerce 0,2 point. En revanche, la dépense publique a eu une contribution nulle et les variations de stocks ont retranché 0,2 point au PIB. L'économie allemande, première puissance de la zone euro, affiche une croissance de 0,7% d'un trimestre sur l'autre, tandis que celle de la France, deuxième de la zone, a ralenti à 0,1%, après une progression de 0,3% sur les trois mois précédents. Le PIB de l'Italie, troisième économie de la zone euro, a stagné après une contraction au cours des trois autres trimestres de l'année. Tableau de la statistique ID:nB5N0VD00P * LES VENTES AU DÉTAIL AUGMENTENT DE 1,1%, HAUSSE LA PLUS FORTE DEPUIS MAI 2013 4 mars - Les consommateurs allemands ont permis aux ventes au détail de la zone euro de croître en janvier à leur rythme le plus marqué depuis mai 2013, un nouveau signe de l'amélioration de la confiance du consommateur. Les ventes ont augmenté de 1,1% en janvier par rapport à décembre, a annoncé Eurostat mercredi, bien plus que le maigre taux de 0,1% attendu par les économistes interrogés par Reuters. Les dépenses d'essence ont été particulièrement nourries encore que les ventes au détail soient par nature inconstantes et souvent révisées. Annuellement, les ventes ont augmenté de 3,7%, une hausse sans précédent depuis août 2005 (consensus: +1,9%). Si la performance de l'Allemagne est la plus forte depuis sept ans, le consommateur français n'est à la source que d'une modeste hausse de 0,1% des ventes au détail, tandis que ces dernières ont stagné en Belgique et un peu diminué en Irlande. Tableau: ID:nB5N0VD00I * NOUVELLE BAISSE DES PRIX PRODUCTEURS, AVEC L'ÉNERGIE 3 mars - Les prix producteurs ont baissé plus qu'attendu dans la zone euro en février, dans le sillage des prix de l'énergie. Eurostat a fait état mardi d'un recul de 0,9% des prix producteurs dans les 19 pays utilisant l'euro, pour une baisse de 3,4% sur un an. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient respectivement -0,7% et -3,0%. En décembre, ils avaient baissé de 1,0% sur le mois et de 2,6% en variation annuelle. * LE TAUX DE CHÔMAGE EN BAISSE À 11,2% EN JANVIER 2 mars - Le taux de chômage dans la zone euro a reculé pour le troisième mois consécutif en janvier à 11,2% de la population active contre 11,3% (révisé) en décembre, a annoncé lundi Eurostat. Il atteignait 11,8% en janvier de l'an dernier et les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 11,4% pour janvier, stable par rapport à l'estimation initiale donnée pour décembre. Le nombre de demandeurs d'emploi dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique atteignait 18,059 millions en janvier contre 18,199 millions en décembre. Dans l'ensemble de l'Union européenne, le taux de chômage a également baissé, à 9,8% en janvier après 9,9% en décembre et 10,6% en janvier 2014, précise Eurostat. * LES PRIX ONT MOINS BAISSÉ QU'ATTENDU EN FÉVRIER 2 mars - La baisse des prix dans la zone euro s'est atténuée en février à 0,3% en rythme annuel, montre lundi la première estimation publiée par Eurostat. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse de 0,4% après un recul de 0,6% en janvier et de 0,2% en décembre. Eurostat précise que la chute des prix de l'énergie, qui a encore atteint 7,9% le mois dernier sur un an, et un recul de 0,2% des prix des biens industriels hors énergie sont les principales causes de la baisse de l'indice global. Tableau ID:nL5N0W42I7

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccondem1 le mardi 17 mar 2015 à 11:42

    Les temps changent. On dit inflation négative au lieu de déflation, tout comme croissance négative au lieu de récession, et le terme de krach n'existe plus qu'à la hausse ! ;-)