Zone euro/Indicateurs-Les prix ont bien baissé de 0,6% en janvier

le
0

(Répétition) BRUXELLES, 24 février (Reuters) - Principaux indicateurs macroéconomiques de la zone euro publiés ce mois-ci : * L'ÉNERGIE ENTRAÎNE LES PRIX À UN CREUX DEPUIS 2009 24 février - Une chute des prix de l'énergie a entrainé les prix à la consommation à un creux jamais vu depuis la crise financière en janvier, seuls Malte et l'Autriche échappant à la déflation. Sur un an, les prix à la consommation dans les 19 pays utilisant la monnaie unique ont ainsi reculé de 0,6% par rapport à janvier 2013, a dit mardi Eurostat, confirmant ainsi sa première estimation livrée le mois dernier. La déflation a été la plus marquée en Grèce et en Espagne. Il faut remonter à juillet 2009 pour retrouver une baisse de 0,6% des prix à la consommation. A l'époque, la zone euro était engluée dans la crise financière mondiale qui, pour la région, s'est ensuite muée en crise de la dette. Les prix à la consommation avaient baissé chaque mois entre juin et octobre 2009. * HAUSSE PLUS FORTE QUE PRÉVU DE LA CONFIANCE DU CONSOMMATEUR 19 février - La confiance du consommateur a augmenté plus que prévu en février, par rapport au mois précédent, suivant les données provisoires publiées jeudi par la Commission européenne. L'indicateur a crû de 1,8 point à -6,7 ce mois-ci, alors que les économistes interrogés par Reuters l'attendaient à -7,55. * EXCÉDENT COMMERCIAL DE E24,3 MILLIARDS EN DÉCEMBRE 16 février - La zone euro a enregistré un excédent non-ajusté de sa balance commerciale plus important que prévu en décembre, à la faveur d'un bond de 8% de ses exportations sur un an et d'une hausse de seulement 1% des importations sur la même période, montrent des données officielles publiées lundi. Selon Eurostat, l'excédent commercial des 18 pays de la zone euro l'an dernier était de 24,3 milliards en décembre 2014, soit près du double des 13,6 milliards enregistrés en décembre 2013. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un excédent de 20,5 milliards d'euros. Pour l'ensemble de 2014, les exportations ont progressé de 2% par rapport à 2013, tandis les importations ont été stables, portant l'excédent commercial global de l'année dernière à 194,8 milliards d'euros contre 152,3 milliards en 2013. Des données plus détaillées pour décembre ne sont pas encore disponibles mais les chiffres pour la période janvier-novembre montrent qu'une bonne partie de l'amélioration de la balance commerciale est liée à une forte baisse du déficit dans le commerce de l'énergie avec l'effondrement des cours pétroliers. Selon Eurostat, dans les onze premiers mois de l'année, le déficit commercial pour l'énergie est tombé à 256,7 milliards d'euros après 292,5 milliards pour la même période en 2013. Ajusté des variations saisonnières, l'excédent commercial de la zone euro s'est élevé à 23,3 milliards en décembre. Tableau: ID:nB5N0RB022 * CROISSANCE SUPÉRIEURE AUX ATTENTES AU T4 13 février - Le produit intérieur brut (PIB) a bénéficié au quatrième trimestre d'une croissance de 0,3%, légèrement meilleure qu'attendu, montre la première estimation publiée vendredi par Eurostat, grâce avant tout à la bonne santé de l'économie allemande. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,2% seulement pour l'ensemble des 18 pays qui partageaient la monnaie unique jusqu'au 31 décembre. En rythme annuel, le PIB du quatrième trimestre affiche une hausse de 0,9% sur octobre-décembre, après 0,8% sur juillet-septembre. Ce chiffre est lui aussi supérieur au consensus, qui donnait 0,8%. Dans l'ensemble de l'Union européenne, le PIB est en hausse de 0,4% au quatrième trimestre par rapport au troisième et de 1,3% en rythme annuel, précise Eurostat. * Communiqué: http://bit.ly/1FGiPvD * STAGNATION INATTENDUE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE 12 février - La production industrielle a stagné en décembre, alors qu'on l'attendait en hausse, les performances de l'Irlande et de certains autres pays, essentiellement périphériques, ayant effacé la croissance enregistrée en Allemagne, en France et en Italie. En variation annuelle, la production a baissé de 0,2%, a fait savoir Eurostat jeudi. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient une hausse mensuelle de 0,2% et annuelle de 0,3%. La production de biens durables a augmenté de 2,3%, tandis que celle de bien intermédiaires a progressé de 1,1% et celle d'énergie de 1,0%, les deux dernières catégories ayant subi auparavant deux mois de contraction en raison de la chute des prix pétroliers. La production de biens d'équipement a progressé de 0,2%, après une contraction de 0,3% en novembre, tandis que la production de biens non durables a diminué de 1,8%. Tableau: ID:nB5N0TE027 * FORTE AMÉLIORATION MORAL DES INVESTISSEURS - SENTIX 9 février - Le moral des investisseurs dans la zone euro s'est amélioré en février pour le quatrième mois consécutif, à la faveur de l'annonce du plan d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne, ce qui a amené la composante des anticipations des investisseurs à un plus haut de neuf ans, montre lundi l'enquête mensuelle de l'institut allemand Sentix. Son indice de confiance sur le moral des investisseurs et des analystes dans la zone euro a bondi à 12,4 en février contre 0,9 en janvier. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse limitée à 3,0. La composante des anticipations sur les six prochains mois s'est améliorée de façon encore plus spectaculaire, atteignant 27,5 points en février, un pic de neuf ans, contre 13,5 en janvier. "L'annonce ferme de l'assouplissement quantitatif de la BCE a été sans doute le principal moteur", a déclaré dans un communiqué Sentix, en citant comme autres facteurs la faiblesse de l'euro et la baisse des cours du pétrole. La composante du jugement des investisseurs sur la situation actuelle s'est elle aussi améliorée à -1,8 en février après -11,0 le mois dernier. Le sous-indice sur l'Allemagne a bondi à 35,0, inscrivant un record historique, après avoir déjà progressé à 26,6 en janvier. * HAUSSE PLUS MARQUÉE QUE PRÉVU DES VENTES AU DÉTAIL 4 février - Les ventes au détail ont augmenté en décembre à leur rythme annuel le plus élevé en près de huit ans, les consommateurs, encouragés par la chute du prix, ayant fortement dépensé en cadeaux et nourriture pendant le mois des fêtes de fin d'année. Selon des données officielles publiées mercredi, ces ventes au détail ont ainsi augmenté de 2,8% par rapport à décembre 2013, du jamais vu depuis mars 2007. Les économistes interrogés par Reuters avaient tablé sur une hausse de 2,0%. D'un mois sur l'autre, les ventes au détail ont progressé de 0,3% en décembre, contre +0,7% en novembre (chiffre révisé à la hausse), contre un consensus des économistes interrogés par Reuters de +0,2%. Les ventes au détail sont généralement considérées comme un bon indicateur de la demande des ménages. D'un mois sur l'autre, ce sont les consommateurs espagnols qui ont dépensé le plus, suivis des Français et des Allemands, souligne Eurostat. Tableau ID:nB5N0TE01J Graphique http://link.reuters.com/xej84s * BAISSE PLUS MARQUÉE QUE PRÉVU DES PRIX À LA PRODUCTION 3 février - Les prix à la production ont reculé plus qu'attendu en décembre en raison, une nouvelle fois, de la forte baisse du poste énergétique, montrent les statistiques publiées mardi, qui laissent entrevoir un nouveau repli des prix à la consommation. Selon Eurostat, ces prix ont baissé de 1,0% sur un mois en décembre et de 2,7% sur un an. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne respectivement -0,7% et -2,5%. Les prix de l'énergie ont chuté de 8,3% sur un an. En revanche, ceux des biens de consommation durable ont augmenté de 1,3% et ceux des biens d'équipement de 0,6%. Les prix à la production peuvent être considérés comme un indicateur avancé de l'inflation. Les prix à la consommation ont baissé de 0,2% sur un an en décembre et de 0,6% en janvier, évoluant très loin de l'objectif d'une hausse de près de 2% fixé par la Banque centrale européenne (BCE) Pour lutter contre la déflation, la BCE, dont les taux d'intérêt sont quasiment à zéro, a annoncé fin janvier le lancement d'un nouveau programme d'assouplissement quantitatif incluant des achats d'obligations d'Etat. Tableau: ID:nB5N0TE01G

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant