Zone euro/Indicateurs-Excédent des comptes courants réduit en janvier

le , mis à jour le
0
    BRUXELLES, 21 mars (Reuters) - Principaux indicateurs 
macroéconomiques de la zone euro publiés ce mois-ci : 
     
    * DIMINUTION DE L'EXCÉDENT COURANT EN JANVIER 
    21 mars - L'excédent des comptes courants a diminué en 
janvier et les flux d'investissement entrants ont baissé, a 
annoncé lundi la Banque centrale européenne (BCE). 
    L'excédent courant ajusté du bloc a été de 25,4 milliards 
d'euros en janvier, contre un chiffre révisé de 28,6 milliards 
d'euros en décembre. 
    Les investissements directs et de portefeuilles non ajustés 
ont généré un flux entrant de 45,6 milliards d'euros, en baisse 
par rapport aux 89,3 milliards entrés un mois plus tôt. 
    Sur les 12 derniers mois, l'excédent courant représentait 
3,0% du PIB de la zone euro, un ratio inchangé par rapport à 
celui de l'année calendaire 2015. 
     
    * ACCÉLÉRATION DE LA HAUSSE DU COÛT DU TRAVAIL 
    18 mars - Le coût de la main d'oeuvre a augmenté de 1,3% en 
variation annuelle dans la zone au troisième trimestre, à 
comparer à une hausse de 1,1% durant le trimestre comparable de 
2014, a annoncé Eurostat vendredi. 
    Les salaires ont augmenté de 1,5% durant la même période, la 
variation étant la même (+1,4% en première estimation) au 
troisième trimestre 2014.     
     
    * L'INFLATION DE FÉVRIER CONFIRMÉE À -0,2% 
    17 mars - Les prix à la consommation dans la zone euro ont 
baissé de 0,2% en février par rapport au même mois de l'an 
dernier, a annoncé jeudi Eurostat, un chiffre conforme à son 
estimation initiale comme au consensus des estimations 
d'économistes. 
    Par rapport à janvier, l'inflation dans les 19 pays ayant 
adopté la monnaie unique a été positive, de 0,2%, a précisé 
l'institut communautaire de la statistique, alors que le marché 
tablait sur une hausse de 0,1% seulement.  
    L'inflation de base, qui exclut les prix de l'énergie et 
ceux des produits alimentaires non-transformés, ressort à 0,8% 
en rythme annuel, là encore comme en première estimation. Le 
consensus la donnait à 0,7%. Sur un mois, elle est de 0,3%.  
    Hors énergie, tabac, alimentation et alcool, la hausse des 
prix a été de 0,4% sur un mois et de 0,8% sur un an.  
    Les prix de l'énergie, principal facteur de baisse de 
l'indice global, ont chuté de 8,1% le mois dernier par rapport à 
février 2015 et de 1,3% par rapport à janvier. 
    Parallèlement, les prix des services ont augmenté de 0,9% en 
rythme annuel.  
     
    Tableau   
     
    * EXCÉDENT COMMERCIAL EN BAISSE EN JANVIER 
    17 mars - L'excédent commercial brut de la zone euro a 
diminué à 6,2 milliards d'euros en janvier contre 7,1 milliards 
un an auparavant, a annoncé Eurostat jeudi. 
    Le consensus le donnait au contraire nettement en hausse à 
neuf milliards d'euros. 
    Les exportations brutes ont baissé de 2% en janvier en 
glissement annuel, tandis que les importations ont fléchi de 1%. 
    En données CVS, l'excédent commercial ressort à 21,2 
milliards d'euros en janvier contre 22,5 milliards en décembre, 
avec des exportations en recul de 1,9% et des importations en 
baisse de 1,3%. 
     
    Tableau:    
     
    * LA PRODUCTION INDUSTRIELLE EN HAUSSE DE 2,1% EN JANVIER 
    14 mars - Le rebond de la production industrielle dans la 
zone euro a été plus fort que prévu en janvier, en raison 
notamment de la vigueur de la production des biens d'équipement, 
montrent les données publiées lundi par l'institut européen de 
la statistique, Eurostat. 
    Après deux mois de recul, la production industrielle dans 
les 19 pays partageant la monnaie unique a augmenté de 2,1% en 
janvier par rapport au mois précédent et de 2,8% sur un an. 
    Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne 
sur une progression de 1,7% sur un mois et de 1,4% sur un an. 
    Eurostat a aussi nettement révisé à la hausse les données du 
mois de décembre, mois pour lequel la contraction mensuelle a 
été de 0,5% et non de 1,0% comme estimé précédemment. Sur un an, 
la baisse n'a été que de 0,1% et non pas 1,3%. 
    La progression du mois de janvier est essentiellement due 
aux biens d'équipement, indicateur des futurs investissements 
industriels, avec un gain mensuel de 3,9%. 
    La hausse de la production industrielle a été générale dans 
toutes les grandes économies de la zone euro, avec par exemple 
une progression mensuelle de 1,4% en France, hormis l'Espagne, 
où elle s'est contractée de 0,2%. 
    Tableau   
     
    * LA CROISSANCE SUR UN AN RÉVISÉE EN LÉGÈRE HAUSSE 
    8 mars - La croissance a été confirmée à 0,3% sur les trois 
derniers mois de 2015 par rapport au trimestre précédent, la 
hausse du produit intérieur brut (PIB) ayant surtout été le fait 
de la bonne tenue des investissements dans les équipements et 
dans les bâtiments. 
    Ces investissements ont permis d'effacer l'impact du 
commerce extérieur, dont la contribution est négative pour le 
deuxième trimestre de suite. 
    Tout en confirmant sa première estimation pour l'évolution 
d'un trimestre à l'autre du PIB des 19 pays partageant la 
monnaie unique, Eurostat a revu en hausse de 0,1 point de 
pourcentage la donnée sur un an, portée à 1,6%. 
    Au troisième trimestre, le PIB avait également augmenté de 
0,3% par rapport au deuxième et de 1,6% par rapport à la même 
période de 2014. 
    Sur l'ensemble de 2015, la croissance a été de 1,6% contre 
0,9% en 2014. 
    La formation brute de capital fixe, qui englobe l'achat de 
machines, l'amélioration des terres et la construction 
d'infrastructures et de bâtiments, a contribué à hauteur de 0,3 
point de pourcentage au PIB du quatrième trimestre 2015. 
    Le commerce extérieur a retiré 0,3 point de pourcentage, les 
importations ayant augmenté davantage que les exportations. 
    Les stocks, la consommation des ménages et les dépenses des 
Etats ont représenté une contribution positive de 0,1 point. 
    Tableau de la statistique  ID:nB5N14401U       
     
    * L'INDICE SENTIX SE TASSE ENCORE À 5,5 EN MARS 
    7 mars - Le moral des investisseurs et des analystes s'est 
encore dégradé depuis le début du mois alors que les économistes 
attendaient au contraire une amélioration, montre lundi 
l'enquête mensuelle de l'institut Sentix. 
    Son indice de confiance a reculé à 5,5, son plus bas niveau 
depuis janvier 2015, contre 6,0 en février. Les économistes 
interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une remontée à 
8,0. 
    "La zone euro souffre du ralentissement de la dynamique de 
l'économie mondiale", déclare l'institut dans un communiqué. 
    Le sous-indice mesurant la perception des conditions 
actuelles par les investisseurs est tombé à 8,3, son plus bas 
niveau depuis 11 mois, mais celui sur leurs anticipations s'est 
légèrement amélioré. 
    L'indice Sentix sur l'Allemagne a progressé en revanche à 
16,9 en mars contre 14,5 en février, avec un sous-indice des 
anticipations qui est redevenu positif. 
    L'enquête a été menée du 3 au 5 mars auprès de 1.102 
investisseurs. 
     
    * HAUSSE PLUS NETTE QU'ATTENDU DES VENTES AU DÉTAIL  
    3 mars - Les ventes au détail ont augmenté plus qu'attendu 
en janvier, montrent les statistiques publiées jeudi par 
Eurostat.  
    L'institut européen de la statistique fait état d'une hausse 
des ventes de 0,4% par rapport à décembre et de 2,0% sur un an, 
alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une progression de 0,1% seulement sur un mois et de 1,3% 
en rythme annuel.  
    Les ventes de décembre ont en outre été révisées à la 
hausse, leur progression par rapport à novembre atteignant 0,6%, 
contre 0,3% annoncé initialement, et 2,1% sur un an (contre 
1,4%).  
    Tableau   
     
    * RECUL PLUS MARQUÉ QU'ATTENDU DES PRIX À LA PRODUCTION 
    2 mars - La chute des prix de l'énergie s'est traduite en 
janvier par une baisse des prix à la production plus marquée 
qu'attendu, montrent les statistiques publiées mercredi par 
Eurostat.  
    L'indice des prix à la production dans les 19 pays ayant 
adopté la monnaie unique a reculé de 1,0% par rapport à décembre 
et de 2,9% sur un an.  
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une baisse de 0,7% sur un mois et de 2,9% en rythme 
annuel.  
    La baisse mensuelle de décembre est la plus forte 
enregistrée depuis décembre 2014.  
    En excluant les prix de l'énergie, qui ont diminué de 3,2% 
d'un mois sur l'autre et de 8,6% par rapport à janvier 2015, les 
prix à la production sont restés stables sur un mois mais se 
replient de 0,6% sur un an, précise Eurostat.      
    Tableau   
     
    * LE CHÔMAGE RECULE À 10,3%, AU PLUS BAS DEPUIS AOÛT 2011 
    1er mars - Le taux de chômage a encore diminué en janvier, 
revenant à 10,3% contre 10,4% le mois précédent et 11,3% un an 
plus tôt, selon les données publiées mardi par Eurostat.  
    Ce troisième mois consécutif de baisse ramène le taux de 
chômage à son plus bas niveau depuis août 2011, à comparer à un 
pic de 12,1% atteint au premier semestre 2013, souligne l'office 
statistique de l'Union européenne. 
    Quarante-quatre économistes interrogés par Reuters 
prévoyaient en moyenne une stabilité du taux de chômage. 
    Dans l'ensemble de l'UE, le taux de chômage a baissé à 8,9% 
contre 9,0% en décembre. Il s'agit du niveau le plus bas dans 
l'UE à 28 depuis mai 2009, selon Eurostat qui précise que le 
nombre de demandeurs d'emplois s'élevait en janvier à 16,65 
millions de personnes dans la zone euro et 21,79 millions dans 
l'UE.   
    Tableau   
 
    L'agenda des indicateurs de la zone euro  ECONEZ  
 
 (Service économique) 
  
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant