Zola, Fanni... Les nouvelles ambitions d'Al-Arabi

le
0
Zola, Fanni... Les nouvelles ambitions d'Al-Arabi
Zola, Fanni... Les nouvelles ambitions d'Al-Arabi

Avec les arrivées de Gianfranco Zola ou encore de Rod Fanni, le Al-Arabi SC souhaite redorer un blason longtemps terni. Lumière sur ce club qatari que le Cheikh Khalid ben Hamad Al Thani rêve de revoir au sommet.

Depuis l’arrivée des actionnaires qataris au Paris Saint-Germain, le nom de Tamim ben Hamad Al Thani, le propriétaire du club parisien, est connu. Celui de son frère, Khalid, parle en revanche beaucoup moins aux supporters parisiens et, plus généralement, aux fans de football en France. Mais probablement plus pour longtemps. Le frère du big boss du PSG vient en effet de réussir l’un des coups majeurs du Mercato "exotique" en attirant dans ses filets et Rod Fanni et Gianfranco Zola. Une double opération qui matérialise parfaitement les nouvelles ambitions du Cheikh Khalid et de son club, le Al-Arabi Sports Club (Qatar). Arrivé en fin de saison dernière, le patron du deuxième club qatari le plus titré de l’histoire souhaite lui redonner ses lettres de noblesse. Avec deux objectifs principaux : permettre de nouveau à l’équipe, septième des deux derniers exercices, de se frotter avec les meilleurs mais aussi de franchir un cap sur le plan du jeu et de la solidité défensive. Les arrivées de Fanni et de Zola sont le parfait exemple de cet Al-Arabi SC de nouveau très ambitieux et qui a décidé dans sa stratégie de développement de s’impliquer dans le football européen.

La rigueur de Zola, l’expérience de Fanni

Notamment à travers de jeunes joueurs prometteurs qui évoluent dans le championnat belge tels Maxime Lestienne et Imoh Ezekiel. Ezekiel, jeune espoir belge en devenir acheté au Standard de Liège et qui a passé une demi-saison à Al-Arabi avant de signer en prêt à Anderlecht. Lestienne, prêté l’année dernière au Genoa, s’apprête lui à disputer la Ligue des Champions avec le PSV Eindhoven. Les deux joueurs sont tous deux prêtés avec option d’achat par le club qatari, qui voit les éléments de son effectif briller dans de grands clubs européens. Mais d’autres joueurs talentueux sont ciblés par le club de manière à le positionner non seulement sur le marché du Moyen Orient mais aussi sur le marché européen. L’arrivée aux commandes de l’équipe de Gianfranco Zola entre dans cette stratégie de développement. Elle fait d’ailleurs partie des raisons qui ont convaincu Rod Fanni de retoquer la proposition de trois ans de l’Olympique de Marseille pour tenter le pari Al-Arabi. Beaucoup y verront uniquement un attrait financier inéluctable. Mais le sportif a aussi beaucoup compté pour celui qui n’a toujours pas digéré d’être relégué au sein du loft en début de saison et qui, au-delà de travailler sous les ordres de Zola, souhaitait s’impliquer dans une autre culture et goûter à un nouveau championnat.

Un patron très impliqué dans le recrutement

Le Cheikh Khalid, patron très impliqué sur le plan du recrutement, a clairement fait savoir que l’ancien Rennais était la priorité de l’ancien sélectionneur de l’équipe d’Italie Espoirs, qui souhaite faire du Français le leader de l’équipe. Le propriétaire qatari ne cache pas qu’il compte également beaucoup sur le vécu de Fanni - devenu le quatrième étranger de l’effectif avec Ashkan Dejagah, Paulinho et Dutra - pour gommer d’énormes problèmes défensifs. Au même titre que Gianfranco Zola, Fanni a donc décidé de vivre sa première expérience hors de France au Al-Arabi SC. Mais, à en croire la stratégie du Cheikh Khalid, les deux hommes auront une mission similaire. Avec toujours en point de mire la progression de joueurs locaux, point très important de la nouvelle politique mise en place. A ce sujet, le secrétaire général du club est d’ailleurs très explicite : « Avec l’arrivée de Gianfranco Zola, nous avons fait le choix de l’expérience et cette opération ne peut que constituer un plus pour le réseau comme pour l’équipe d’Al-Arabi. En termes d’images, c’est un plus d’amener une figure emblématique du football mondial et ex-légende de Chelsea. Zola arrive également dans un but d’amener cette rigueur à l’italienne, aussi bien tactique que physique, propre aux entraîneurs italiens. Il nous rejoint avec un staff très pointu (Pierluigi Casiraghi, Kevin Hitchcock, Adolfo Sormani…) pour pouvoir élever le niveau des joueurs locaux. »

Faire des locaux des internationaux

Des saisons précédentes, le Cheikh Khalid retient en effet un aspect ô combien précieux : sans des joueurs locaux capables d’être performants, aucune équipe ne peut aspirer à lutter avec les meilleures équipes du championnat qatari... Cheikh Khalid continuera donc à supporter son équipe et ses joueurs locaux afin d'atteindre des objectifs de titres pour ce club qui dispose de la plus importante fan-base du pays. Faire revenir du monde au stade fait d’ailleurs partie du nouveau cahier des charges de l’Al-Arabi SC. Parmi d’autres nombreux chevaux de bataille... Avec le Cheikh Khalid aux commandes, le septuple champion du Qatar présente tous les atouts pour redémarrer en trombes. Pas étonnant sachant que le jeune propriétaire de l’Al-Arabi SC n’est pas seulement un fan de la première heure de la Premier League. Vestiges de ses années passées comme étudiant à Londres... Grand passionné de course automobile, le numéro un de l’équipe Qatar Racing est aussi champion du monde de dragster et recordman du monte de vitesse au volant de son prototype. Et aujourd’hui, c’est avec son club qu’il espère atteindre les sommets.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant