Zodiac ouvert à toute offre de rachat "raisonnable"

le
0

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Pénalisé par des retards récurrents dans son activité de sièges d'avions, l'équipementier Zodiac Aerospace s'est dit mardi ouvert à toute offre de rachat raisonnable et conforme à ses intérêts.

Le directeur général de Safran a déclaré lundi regarder toutes les opportunités de croissance externes, refusant toutefois tout commentaire sur un éventuel regain d'intérêt pour Zodiac après avoir été éconduit en 2010.

"Nous serions réceptifs à ce que nous considérerions comme étant dans l'intérêt des actionnaires et de l'entreprise", a déclaré le président du directoire de Zodiac, Olivier Zarrouati, en réponse à une question d'un analyste lors d'une conférence téléphonique sur le chiffre d'affaires semestriel de son groupe.

"Notre histoire a montré que nous étions assez réceptifs à toute proposition raisonnable. Dans le passé, nous avions été dans une situation où nous avions dû protéger l'intérêt de nos actionnaires", a-t-il ajouté, en référence à la tentative de Safran.

L'action a gagné 3,83% à 17,755 euros à la Bourse de Paris mardi, le marché voyant dans le groupe une cible potentielle pour Safran.

Zodiac, tancé publiquement par son client Airbus en janvier, a multiplié les "profit warnings" depuis l'annonce en mars 2015 de retards de livraisons de sièges, jusqu'à renoncer fin février à son objectif de marge opérationnelle courante de 10% pour l'exercice en cours.

Mardi le groupe a dit tabler pour l'exercice se terminant le 31 août 2016 sur un résultat opérationnel courant proche des 314,1 millions d'euros de 2014-2015, qui marquait déjà une chute de 44,6% par rapport à 2013-2014.

Le groupe estime désormais qu'il lui faudra encore 18 mois pour ramener ses activités de sièges et d'intérieurs de cabine à la normale.

"Ces 18 mois, c'est plus que ce que nous anticipions au début de l'exercice", a reconnu Olivier Zarrouati, sans souhaiter donner d'indication sur ses objectifs de marge.

Les retards de livraisons sont en moyenne stabilisés au même niveau depuis trois mois, a précisé Zodiac. En janvier, le groupe avait chiffré à 300 le nombre de places d'avions en retard (une place comportant plusieurs sièges dans la classe économique).

"L'amélioration attendue est plus tardive en raison en particulier d'une amélioration plus lente que prévu dans la logistique", a expliqué Jean-Michel Billig, le responsable du pôle sièges, citant des tensions sur la chaîne des fournisseurs.

Zodiac a vu son chiffre d'affaires reculer de 1,8% à périmètre et taux de change constants au premier semestre, à 2,488 milliards d'euros. Sur le seul deuxième trimestre, le chiffre d'affaires est ressorti à 1,250 milliard d'euros, en ligne avec les attentes de plusieurs analystes.

Le groupe a prévu de publier ses résultats semestriels le 20 avril.

(Edité par Pascale Denis)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant