Zlatan abat Lorient et hisse Paris en finale

le
0
Zlatan abat Lorient et hisse Paris en finale
Zlatan abat Lorient et hisse Paris en finale

Longtemps médiocre et sans idées, le PSG s'en est remis à un éclair de Zlatan Ibrahimović pour s'imposer à Lorient (0-1) et obtenir sa qualification en finale de Coupe de France. Le club de la capitale peut toujours espérer réitérer le triplé de la saison dernière.

Lorient 0-1 PSG

But : Ibrahimović (75e)

Les sourires sont presque de façade. Les visages éprouvés et les bras ballants. La joie se veut même voilée, pour ne pas dire contenue. Pourtant, si les apparences laissent penser le contraire, les joueurs du Paris Saint-Germain viennent de valider leur billet pour la finale de Coupe de France. Ce mardi soir, une semaine après sa sortie de route contre City en quart de finale de Ligue des champions qui a sonné comme un immense échec, le club de la capitale s'est imposé à Lorient sur la plus petite des marges (0-1). Non sans avoir enduré toutes les peines du monde. Car encore marqués par leur revers à l'Etihad Stadium, les joueurs de Laurent Blanc avaient encore la tête ailleurs. Les jambes, aussi, la plupart du temps. Et il a fallu Zlatan Ibrahimović, visiblement encore une fois plus à l'aise sur la scène domestique qu'européenne, pour éviter aux siens d'essuyer une nouvelle déconvenue. Le cœur n'y était pas. Le talent non plus. Mais Paname, à quelques jours d'une finale de Coupe de la Ligue face à Lille, peut encore rêver de rééditer le triplé de la saison dernière.

Un simulacre de premier acte


Au cœur d'une tempête médiatique sans précédent en février dernier, Laurent Blanc avait certifié que "le temps fai(sai)t toujours son effet". Force est de constater que les têtes parisiennes sont toujours durement touchées après leur désillusion européenne au regard de leur entame au Moustoir. Accueilli par une banderole au contenu pour le moins explicite "Torchez-les !" et du papier toilette, le club de la capitale tient le ballon mais ne l'utilise jamais avec pertinence. En l'absence de ses métronomes Motta et Verratti, l'entrejeu parisien mené par le trio Stambouli-Matuidi-Rabiot souffre d'un manque d'inspiration patent. Devant, Zlatan accumule les pertes de balle tandis que Cavani, hormis une tête repoussée par Mesloub sur sa ligne (26e), n'en finit plus de rater ses contrôles. Comme un mauvais scénario qui se répète depuis plusieurs semaines.

Paname balbutie son football et Lorient prend confiance. Articulés autour d'un 4-1-4-1 plutôt que du 4-4-2 habituel avec notamment…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant