Zimbabwe : le camp Mugabe annonce sa victoire, l'opposition dénonce une «farce» électorale

le
0
Zimbabwe : le camp Mugabe annonce sa victoire, l'opposition dénonce une «farce» électorale
Zimbabwe : le camp Mugabe annonce sa victoire, l'opposition dénonce une «farce» électorale

Comme attendu, le président zimbabwéen Robert Mugabe, au pouvoir depuis 33 ans, s'achemine vers une victoire écrasante aux élections générales. Et comme attendu, l'opposition dénonce d'importantes irrégularités lors du scrutin. Pourtant, pour les observateurs africains, avant même le résultat définitif des élections, la victoire de Mugabe est incontestable.

«Nous disons que cette élection a été libre, très libre même... Nous n'avons pas dit qu'elle était honnête, simplement parce la question de l'honnêteté est vaste et nous ne voulions tirer aucune conclusion à ce stade», a déclaré le chef des observateurs de l'Afrique australe, le Tanzanien Bernard Membe. Son homologue de l'Union africaine, l'ex-président nigérian Olusegun Obasanjo, a été plus loin en saluant une élection dans l'ensemble «libre, honnête et crédible».

Assez de sièges à l'Assemblée pour modifier la Constitution

Le résultat officiel du premier tour de la présidentielle n'est théoriquement pas attendu avant lundi, et la police a menacé de sanction toute personne divulguant des résultats ou des projections avant l'annonce officielle par la Commission électorale. Mais les premiers résultats des législatives donnent au parti de M. Mugabe, plus vieux chef d'Etat africain au pouvoir depuis l'indépendance en 1980, une large victoire.

«La prédiction, c'est que le président devrait avoir de 70 à 75%. C'est le sentiment, d'après ce que je vois remonter du terrain», a déclaré Rugare Gumbo, porte-parole de la Zanu-PF, le parti du président sortant. A l'Assemblée, où le MDC de Morgan Tsvangirai (principal opposant, NDLR) était majoritaire, le parti de Mugabe a obtenu la majorité des deux tiers, a annoncé la Commission électorale vendredi. Cela permet à Mugabe de modifier la Constitution, un texte relativement libéral tout juste approuvé par référendum en mars.

Des milliers de noms absents des listes électorales

Selon l'ONG ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant