Zimbabwe-Journalistes arrêtés après un article sur le braconnage

le
0

HARARE, 3 novembre (Reuters) - La police du Zimbabwe a annoncé mardi l'arrestation d'un rédacteur en chef et de deux journalistes d'un quotidien accusés de publication de fausses nouvelles pour avoir rapporté que des policiers étaient impliqué dans la mort de dizaines d'éléphants tués par des braconniers. Depuis fin septembre, 60 éléphants ont été empoisonnés au cyanure dans le parc national de Hwange. Dans sa dernière édition, le Sunday Mail a rapporté qu'un commissaire adjoint, un policier, des gardes du parc de Hwange et des hommes d'affaires asiatiques étaient visés par l'enquête sur le braconnage d'éléphants. Mabasa Sasa, rédacteur en chef du Sunday Mail, et les journalistes Tinashe Farawo et Brian Chitemba, ont été interpellés lundi et placés en garde à vue au commissariat d'Harare, a précisé une porte-parole de la police. Elle a démenti que l'enquête sur la mort des éléphants vise des policiers. Elle a ajouté que les trois journalistes seraient inculpés de publication ou diffusion de fausses nouvelles préjudiciables à l'Etat. Pour une telle inculpation, ils encourent 20 ans de prison ou une amende de 5.000 dollars (4.500 euros). "Ces mensonges ont terni l'image de l'administration (policière) sans raison apparente", a dit la porte-parole. La police veut obtenir des journalistes le nom du commissaire adjoint impliqué selon eux dans la filière de braconnage. La porte-parole de la police a précisé que, depuis août, celle-ci avait saisi 70 défenses d'éléphant, 30 kg d'ivoire et 100 kg de cyanure et arrêté huit personnes lié au braconnage. (MacDonald Dzirutwe; Marc Angrand pour le service français, édité par Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant