Zika : l'épidémie est finie en Guadeloupe

le
0
Zika : l'épidémie est finie en Guadeloupe
Zika : l'épidémie est finie en Guadeloupe

Après la Martinique et la Guyane, Zika quitte à petits pas la Guadeloupe. Jeudi, le préfet a en effet déclaré que l'archipel connaissait « la fin de la phase de l'épidémie » tout en rappelant que « pour autant le virus est toujours présent ». Sur l'île papillon, le moustique-tigre, vecteur de la maladie, continue de piquer et d'infecter mais le nombre de nouveaux cas constatés est tombé à moins de 100 par semaine contre 2 700 au pire moment de la contamination.

 

« Avec la prudence qui s'impose quand on évoque les épidémies, il semble donc que toute la population qui devait être atteinte sur l'île l'a été, explique François Bricaire, infectiologue à la Pitié-Salpêtrière de Paris (XIIIe). Le virus est donc en bonne voie de disparaître. Il est aussi en déclin au Brésil et dans l'Amérique du Sud. » Sur l'île de Teddy Riner, les médecins vont donc continuer à surveiller les femmes enceintes qui, si elles sont infectées, peuvent accoucher d'enfants microcéphales -- avec une tête anormalement petite et d'importants retards mentaux. Moustiquaires, lotions, vêtements couvrants : elles sont invitées à se protéger des piqûres de moustique. On leur conseille aussi d'utiliser des préservatifs pour éviter une éventuelle contamination sexuelle.

 

Cela dit, précise la préfecture, sur 600 femmes enceintes contaminées « environ la moitié » ont accouché et un seul cas de microcéphalie a été recensé. Mais tous les enfants nés de mères infectées seront suivis durant deux ans, promettent les autorités, de manière à détecter d'éventuels retards de développement.

 

Au total, depuis avril, 30 775 cas de Zika ont été recensés dans l'île. L'essentiel des malades n'a ressenti que des fièvres et des courbatures mais l'agence régionale de santé a aussi compté « 37 patients atteints de syndrome de Guillain-Barré », qui provoque des paralysies partielles réversibles après des mois, et 15 autres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant