Zika-Au Brésil, une épidémie plus ample qu'on ne le pensait

le
0
    BRASILIA, 2 février (Reuters) - L'épidémie provoquée par le 
virus Zika s'avère plus importante qu'on ne le pensait au 
Brésil, car dans la majeure partie des cas rien ne se remarque, 
les malades ne présentant pas de symptômes, a déclaré lundi le 
ministre brésilien de la Santé, Marcelo Castro.  
    Les autorités vont imposer aux autorités locales de signaler 
les cas de malades, à partir de la semaine prochaine, lorsque la 
majeure partie des Etats disposeront de laboratoires équipés 
pour dépister le virus Zika, qui s'est rapidement propagé à 
travers l'Amérique latine ces derniers mois. Pour l'heure, aucun 
vaccin ni aucun médicament n'a été mis au point pour éliminer la 
maladie. 
    Le gouvernement de la présidente Dilma Rousseff a écarté 
tout danger d'annuler les Jeux olympiques de Rio de Janeiro, 
prévus du 5 au 21 août prochains, en raison de cette alerte 
sanitaire. 
    "Nous devons expliquer à ceux qui viennent au Brésil, aux 
athlètes, qu'il n'y a aucun risque si vous n'êtes pas une femme 
enceinte", a déclaré aux journalistes le secrétaire général de 
la présidence brésilienne, Jaques Wagner. 
    Le virus pourrait surtout être lié à quelque 4.000 de cas de 
malformations néonatales au Brésil, dont des microcéphalies, une 
anomalie de la croissance de la boîte crânienne, et à des 
déficiences sévères de la vue chez les nouveau-nés. Le lien de 
cause à effet est "fortement suspecté, même s'il n'a pas encore 
été prouvé scientifiquement", a dit Margaret Chan, directrice 
général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 
    L'OMS a estimé lundi que le virus Zika constituait une 
urgence de santé publique de portée mondiale. (voir 
 ) 
     
    LES SERVICES SANITAIRES POURRONT INSPECTER LES PROPRIETES 
    Le gouvernement brésilien pense que le virus a été introduit 
au Brésil lors du Mondial de football en 2014 par un visiteur 
venu d'Afrique ou d'Océanie, où le virus Zika est endémique. 
    On estime à 1,5 million le nombre de Brésiliens qui ont 
attrapé la maladie due au virus Zika, qui a été détecté pour la 
première fois en Afrique en 1947 et qui n'est apparu au Brésil, 
dans le Nord-Est, qu'en mai dernier. 
    Selon l'Organisation panaméricaine de la Santé, la maladie 
de Zika s'est propagée à 24 pays et territoires du continent 
américain depuis l'an dernier. 
    "Quatre-vingt pour cent des personnes qui ont contracté la 
maladie de Zika n'ont pas eu de symptômes marquants. Un grand 
nombre de personnes qui ont le virus n'ont aucun symptôme, aussi 
la situation est-elle plus grave que nous ne pouvons 
l'imaginer", a déclaré le ministre de la Santé brésilien dans 
une interview.     
    D'ici la semaine prochaine, des laboratoires installés dans 
la totalité des Etats du Brésil, à l'exception de trois, seront 
en mesure de déterminer si une personne est porteuse ou non du 
virus Zika, a dit Marcelo Castro. 
    La présidente Rousseff a signé lundi un décret prévoyant que 
tout habitant soit tenu de laisser les services sanitaires  
inspecter son domicile et ses propriétés, afin que soient 
traitées les eaux stagnantes, où pond le moustique du genre 
Aedes, qui transmet à l'homme le virus Zika. 
 
 (Anthony Boadle et Lisandra Paraguassu; Eric Faye pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant