Zidane, sextape, Aurier, Lacazette... Les révélations d'Aulas

le
0
Zidane, sextape, Aurier, Lacazette... Les révélations d'Aulas
Zidane, sextape, Aurier, Lacazette... Les révélations d'Aulas

Dans un long entretien accordé au Figaro, Jean-Michel Aulas avoue qu'il a pensé à Zinédine Zidane avant de faire appel à Bruno Genesio et revient sur les dossiers Lacazette et Valbuena. Le président de l'OL évoque également le dérapage du Parisien Aurier.

Jean-Michel Aulas a fait quelques révélations ce samedi à nos confrères du Figaro. On apprend notamment dans cet entretien que le sort de Bruno Genesio n’est pas encore scellé. « Si Bruno (Genesio) réalise les objectifs, il restera, sinon le nouveau manager (NDLR : qui pourrait être Gérard Houllier) aura la lourde tâche de trouver un autre technicien pour la saison à venir. Qui ? On a des idées. » Bruno Genesio aurait d’ailleurs pu ne jamais devenir l’entraîneur de l’équipe première après l’éviction d’Hubert Fournier. Aulas reconnaît en effet que c’est Zinédine Zidane qui constituait la priorité. « J’ai pensé à Zinédine Zidane juste avant de choisir Bruno Genesio, mais je ne savais pas que Florentino Pérez pensait à lui pour succéder à Benitez. On en a parlé avec des gens qui sont très proches de Zidane, mais j’ai rapidement imaginé que ce ne serait pas possible économiquement et c’était quinze jours avant que Florentino ne le nomme. C’est vrai que ça faisait rêver. On n’est pas allé dans notre démarche jusqu’à la demande officielle auprès de Zidane, mais le sujet a été évoqué. »

Dans cette interview publiée ce samedi dans le Figaro, le patron de l’Olympique Lyonnais revient également sur sa mésentente de l’été dernier avec Alexandre Lacazette. Aulas avait dévoilé dans la presse le nouveau salaire qui attendait son attaquant, ce qui avait beaucoup énervé l’intéressé. Il le regrette aujourd'hui. « Je ferais les choses différemment car Alexandre n’a pas réagi comme je l’imaginais. Je ne pensais pas que ça le choquerait autant parce que je suis dans une entreprise où les salaires sont affichés (…) On peut ne pas être d’accord pour parler de son salaire. Alexandre sortait d’une virginité en matière de médiatisation. Il ne fallait pas le faire car il n’était pas prêt. Ceci étant, je préfère qu’il ait eu cette réaction plutôt que celle de Serge Aurier. »

Même avec du recul, Aulas ne comprend pas comment le défenseur parisien a pu déraper à ce point. « Jamais je n’aurais imaginé que ce soit possible (…) Des choses comme ça sont incroyables. Elles sont significatives, non pas du monde du foot, mais de l’environnement social donc politique. Ce sont les hommes politiques qui en sont responsables. » Avant l’ « Auriergate », une autre affaire avait pollué le football français : la fameuse affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, qui concernait également Karim Benzema. Dans cette histoire, Jean-Michel Aulas a trouvé son meneur de jeu exemplaire. « Mathieu est très fort. C’est un garçon indépendant qui a géré son affaire de manière autonome. Le club lui a bien sûr montré de l’affection et lui a proposé de l’aide à chaque fois qu’il en avait besoin. C’est un enfant de la famille OL. Il m’inspire beaucoup de respect dans la manière dont il a su gérer cette affaire. Dans le contexte et vu la pression, il fait un bon parcours sportif. » Après la levée du placement sous contrôle judiciaire de Benzema, on peut penser que Valbuena retrouvera l’équipe de France lors du prochain rassemblement des Bleus. Pour le plus grand plaisir d’Aulas.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant