Zidane, entre Guardiola et Di Matteo

le
0
Zidane, entre Guardiola et Di Matteo
Zidane, entre Guardiola et Di Matteo

Lauréat de la Ligue des champions pour sa première expérience sur un banc, Zinédine Zidane intègre un cercle très fermé. À mi-chemin entre le chef-d'œuvre blaugrana de Guardiola et l'aventure épique des Blues de Di Matteo, le Français s'attaque désormais au plus dur : confirmer.

Lorsque Cristiano Ronaldo prend le contre-pied du portier de l'Atlético, le Madridismo, qu'il soit à San Siro ou devant son poste télé, crie et pleure son bonheur. Les joueurs courent, les supporters s'entrelacent, les dirigeants se congratulent. Zinédine Zidane, lui, se retourne vers la tribune la plus proche et prend dans ses bras sa femme et ses deux derniers fils. Une joie intime, auprès des siens, puis des mots : "J'en avais rêvé quand je suis arrivé, je suis heureux". Du Zizou dans le texte, bref et vague, pour une mission réussie, la Undécima étant désormais propriété du Musée du Bernabéu. Un océan de béatitude, trimbalé de la Plaza de Cibeles jusqu'à l'antre madrilène, qui laisse désormais place à une cruelle interrogation, celle de la confirmation. Car l'exploit de Zidane, cinq mois seulement après son intronisation, n'est pas orphelin : récemment, Pep Guardiola et Roberto Di Matteo ont également soulevé les Grandes Oreilles pour leur premier exercice sur un banc européen. Et à en croire les destinées opposées du Barcelonais et du Londonien, difficile de prédire l'avenir du Marseillais.

Bianchi : "Il n'a pas pris Eibar"


En 2012, la pelouse munichoise décide du champion européen à la suite d'une séance de tirs au but. Vainqueur grâce à la transformation de Didier Drogba, Chelsea inscrit pour la première fois son nom au palmarès de la Ligue des champions. Roberto Di Matteo, adjoint de Villas-Boas dont il prend la succession par intérim au cœur du mois de mars, devient alors l'entraîneur titré au plus faible nombre de matchs sur le territoire continental. Une prouesse que Zinédine Zidane ne peut égaler, lui, le coach merengue aux deux mois d'expérience en plus. Reste que pour certains, dont Carlos Bianchi, cité par France Football, la comparaison fait sens : "Il a pris une équipe qui était déjà championne d'Europe il y a deux ans. Il n'a pas pris Eibar. Bon, il fallait la faire gagner cette équipe mais du moment que les joueurs ont des qualités. N'oublions pas que Di Matteo a mené Chelsea au titre de champion d'Europe". Loin de dénigrer le succès du Français ou de se muer en pisse-froid, l'Argentin rappelle que le succès ne doit pas griser ni même interdire la moindre critique. Car dans le jeu, ce Real zidanesque renvoie plus au succès de Di Matteo…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant