Zenga/Inter et Mancini/Samp, amours interdits

le
0
Zenga/Inter et Mancini/Samp, amours interdits
Zenga/Inter et Mancini/Samp, amours interdits

Ils sont tous les deux amoureux de la compagne de l'autre. Mais c'est bien en tant qu'entraîneur respectif de la Sampdoria et de l'Inter que Walter Zenga et Roberto Mancini se retrouveront ce dimanche après-midi. Avec sans doute un étrange sentiment au plus profond de leur cœur.

L'un est une légende de la Sampdoria, son joueur le plus capé (566 matchs) et même son meilleur buteur (173 buts). L'autre est un mythique gardien de l'Inter, et également son portier le plus capé (473 matchs). Pourtant Roberto Mancini et Walter Zenga ne seront pas à la tête de leur grand amour ce dimanche. Un amour même inscrit jusque dans la chair. Avec un biscione (la sorte de serpent symbole de l'Inter) tatoué sur la jambe droite pour Zenga, et le symbole des Ultras Tito Cucchiaroni tatoué sur le mollet droit pour Mancini. Non les deux techniciens italiens et ex-coéquipiers en Nazionale et à la Samp de 94 à 96, prendront place sur le banc d'en face. Celui de l'adversaire. Comme un rectangle amoureux bien tortueux où deux amis afficheraient allégrement leur attirance pour la compagne de l'autre. Zenga et Mancini ayant maintes fois affiché leur volonté d'entraîner un jour l'Inter et la Samp. Mais les connexions amoureuses autrefois rompues n'ont jamais trouvé les bons ingrédients pour être rétablies. Résultat, Roberto et Walter se contentent de voir leur amour dans les bras de l'autre, et vice-versa. En attendant l'échange ? Pas sûr.

Bobby Gol


À la Sampdoria, le statut de légende de Roberto Mancini ne souffre d'aucune contestation. Débarqué en 1982 de Bologne contre 4 milliards de lire (un peu plus de 2 millions d'euros, mais une somme énorme à cette époque), le natif de Jesi dans les Marches, a fait l'histoire avec la Samp. Cette Sampd'oro comme on la surnomme aujourd'hui. C'est simple, mis à part le championnat de Serie B 1967, Mancini a été de tous les titres de l'histoire de la Sampdoria. À savoir quatre Coupes d'Italie, une Supercoupe d'Italie, une Coupe des coupes, et bien évidemment le Scudetto de 1991. La véritable apogée du groupe de Vujadin Boškov porté par les fameux "jumeaux du but" : Mancini et son grand ami Gianluca Vialli. L'aventure ira même jusqu'en finale de Ligue des champions l'année suivante, mais la Samp sera défaite en prolongation par le Barça. Ce que Mancini a toujours considéré comme le plus grand regret de sa carrière.

L'idolâtré Bobby Gol poursuivra pourtant sa carrière avec les Blucerchiati jusqu'en 1997 portant son total à 173 pions en 15 saisons. Moment où, la mort dans l'âme, il se résout à quitter son grand amour. Nous sommes fin mai 1997 et le Mancio convoque les journalistes dans l'hôtel de Nervi, lieu habituel de la mise au…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant