Zara accusé de travail forcé au Brésil

le
0
L'inspection du travail de l'Etat de Sao Paulo accuse les sous-traitants de la marque espagnole d'employer des ouvriers dans des conditions proches de celles de l'esclavage.

Inditex, l'un des plus importants détaillants de vêtements au monde se retrouve au milieu d'un scandale en Amérique Latine. L'enquête des autorités brésiliennes sur deux ateliers fournisseurs de sa marque de vêtements Zara à Sao Paolo a montré 48 irrégularités. Seize travailleurs clandestins, originaires de la Bolivie et du Pérou étaient forcés d'y travailler à raison de 14 heures par jour, a indiqué mercredi un porte-parole de l'Inspection du travail de l'Etat de Sao Paulo. Ils étaient payés entre 274 et 460 réals brésiliens par mois (120 et 200 euros), ce qui est inférieur au salaire minimal de 545 réals (238 euros), exigé par le droit du travail au Brésil. Parmi les clandestins travaillant dans les ateliers, il y avait une jeune fille de 14 ans.

«Il s'agit de la plus importante opération depuis le lancement du programme d'éradication des conditions précaires de travail à Sao Paolo», a indiqué dans une interview à l'ONG Reporter Brasil le contrôleur Gu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant