Zambie-L'opposition conteste l'avance du président sortant

le
0
    LUSAKA, 15 août (Reuters) - Le président sortant Edgar Lungu 
est en tête de l'élection présidentielle en Zambie lundi, à 
l'heure où 85% des bulletins ont été dépouillés, mais son 
principal rival demande un nouveau décompte dans un district 
critique, évoquant des irrégularités. 
    Edgar Lungu fait face au chef de file du Parti unifié pour 
le développement national (UPND), l'homme d'affaires Hakainde 
Hichilema, qui l'accuse de mener l'économie à vau-l'eau. 
    Le président sortant emporte 50,14% des suffrages, contre 
47,7% pour le dirigeant de l'opposition après dépouillement dans 
132 des 156 circonscriptions du scrutin du 11 août, a annoncé la 
commission électorale zambienne lors d'une conférence de presse. 
    Hakainde Hichilema a annoncé à des journalistes que son 
parti réclamerait un nouveau décompte des votes dans la 
circonscription de Lukasa, la capitale, "par souci d'élections 
libres, équitables, crédibles et transparentes". 
    "La Zambie doit rester en paix. Toute personne cherchant à 
accéder au pouvoir veut s'assurer qu'elle prend ses fonctions 
dans un pays qui est en paix et stable afin de pouvoir mettre en 
oeuvre son projet", a-t-il ajouté. 
    L'UPND, qui dit de son côté disposer des résultats dans 80% 
des circonscriptions, a assuré samedi que Hakainde Hichilema 
dispose d'une "nette avance" et a accusé la commission 
électorale de chercher à manipuler le résultat du scrutin. 
  
    Tous les partis ont accès aux données du scrutin et peuvent 
publier leurs calculs avant la commission électorale. 
    Pour accéder à la présidence du pays, l'une des démocraties 
les plus stables du continent, les candidats doivent réunir plus 
de 50% des voix, faute de quoi un second tour est organisé. 
     
 
 (Stella Mapenzauswa et Chris Mfula; Julie Carriat pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant