Zamalek, un ticket pour la mort.

le
0
Zamalek, un ticket pour la mort.
Zamalek, un ticket pour la mort.

Le football égyptien est de nouveau endeuillé. Au moins 19 fans de Zamalek ont trouvé la mort ce dimanche 8 février. Les autorités parlent d' " une bousculade mortelle ", les témoins racontent une dispersion violente aux grenades lacrymogènes et tirs de chevrotine par les forces de police. Un incident qui rappelle tristement le " massacre de Port-Saïd " durant lequel 74 supporters d'Al-Ahly avaient trouvé la mort dans des conditions troubles. 3 ans après, presque jour pour jour.

Ce match de Première Ligue opposant l'ENPPI (du nom de la compagnie Engineering for the Petrolium & Process Industrie) à Zamalek, l'un des plus gros clubs du pays, devait être une fête pour les supporters de football égyptien. L'une des rares occasions d'assister à un match depuis plus de 3 ans. 5000 tickets avaient été réservés par le club de Zamalek pour ses membres, 5000 autres mis en vente. Depuis le drame de Port-Saïd, début 2012, qui avait couté la vie à 74 supporters du club d'Al Ahly dans des évènements qui posent encore question, la quasi-totalité des matches se jouent à huis-clos. Supporters chevronnés mais aussi familles avec enfants s'étaient donc massés devant le stade de l'armée de l'air du Caire, plusieurs heures avant le début du match pour s'assurer de ne pas manquer cet évènement.

De nombreux supporters aussi, frustrés de ne pas être en possession du sésame pour passer les grilles du stade et habitués à entrer sans payer s'étaient réunis devant l'enceinte sportive pour négocier une entrée, dans un stade qui peut accueillir jusqu'à 100 000 personnes.? " Les gens étaient tellement contents de retourner au stade ", raconte Mohammed Abbas, venu encourager son équipe, " il y avait une bonne ambiance, les gens faisaient la fête. Je vous jure que personne n'a eu un comportement ou un mot déplacé. La sécurité nous faisait attendre dans un minuscule couloir, un truc inhumain. Les gens ont juste réclamé qu'on ouvre les portes du stade. La majorité d'entre nous avions des tickets", insiste-t-il. Pour mieux contrôler les entrées, la sécurité avait effectivement mis en place un long corridor de fer et de barbelés : 4 mètres de large sur plusieurs dizaines de long.
Un véritable traquenard
Malgré la cohue et le manque d'air, l'ambiance est plutôt festive mais à l'approche du début du match, ils sont des centaines, toujours bloqués dehors, suffoquant par la pression de la foule qui pousse contre les grilles fermées. Les esprits s'échauffent et certains tentent d'escalader l'enceinte. " Des fans de Zamalek sans ticket ont essayé de rentrer de force, nous avons dû les empêcher de vandaliser les lieux " a fait savoir le ministère de l'Intérieur égyptien, visant directement les groupes Ultras contre lesquels ils mènent une véritable campagne d'extermination. ??Selon les autorités, ce sont ces mouvements de foule, projetant de nombreuses...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant