Yvon Sanquer : " Les coureurs n'arrivaient plus à parler "

le
1
Yvon Sanquer : " Les coureurs n'arrivaient plus à parler "
Yvon Sanquer : " Les coureurs n'arrivaient plus à parler "

Yvon Sanquer, manager général de l'équipe Cofidis, estime que l'annulation de la 3eme étape de Paris-Nice s'imposait, pour la santé et la sécurité des coureurs.

Yvon Sanquer, manager général de l’équipe Cofidis :

« Les conditions de course étaient très difficiles depuis le départ, avec du froid (5°c) et de la pluie. Et plus on s’est rapproché du col des Echarmeaux, avec un point culminant aux alentours de 700m, plus on se rapprochait de la neige. En haut, il y avait vraiment de la neige sur la route, c’était compliqué de continuer des conditions comme ça, voire impossible et dangereux. La décision qui a été prise était une sage décision. (...) Un règlement a été mis en place, suite à des problèmes de conditions extrêmes rencontrés par le passé. Une réunion se tient avant le départ de l’épreuve avec un représentant des équipes, un représentant des coureurs, l’organisation et le jury des commissaires. En cours de route, ils affinent la décision en fonction de l’évolution des conditions. Donc ce matin ils ont pris en compte le fait qu’il pourrait y avoir de la neige. (...) Les coureurs ont fait trois heures dans des conditions très difficiles pour eux. Ils n’arrivaient plus à parler quand on les a pris dans les voitures. On ne voit pas ça dans d’autres sports. Après, la sécurité rentre en ligne de compte. A un moment, il faut savoir arrêter. »

Propos recueillis par notre envoyé spécial sur Paris-Nice, Nicolas BERTE

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fdha il y a 11 mois

    des ballerines...!