Yves Jégo : "L'UDI ne servira pas de force d'appoint au gouvernement"

le
0
Yves Jégo, président de l'UDI.
Yves Jégo, président de l'UDI.

Dix-sept abstentions sur les vingt-neuf membres du groupe UDI, trois votes "pour" et sept votes "contre". La neutralité relative du parti centriste, officiellement dans l'opposition, contraste avec les douze voix "contre" (sur dix-sept membres) du groupe écologiste censé appartenir à la majorité... Un brouillage des cartes parlementaires auquel Yves Jégo, le président de l'UDI, en pleine campagne pour les européennes de mai, apporte ses réponses.Le Point.fr : L'UDI s'est majoritairement abstenue mardi sur le vote du plan Valls précisant les 50 milliards d'économies. L'UMP a voté contre. Est-ce à dire que vous glissez vers la majorité à présent ? Yves Jégo : L'UDI, dès sa création, s'est toujours inscrite dans une logique d'opposition responsable. Nous refusons le sectarisme pavlovien qui consiste à s'opposer pour s'opposer. Quand une mesure va dans le bon sens, il est de notre devoir de privilégier l'intérêt du pays à celui du parti. Donc, pour les 50 milliards d'euros d'économies, nous nous sommes, en effet, majoritairement abstenus. C'était difficile de voter contre le premier programme d'économies d'une majorité qui, jusque-là, a toujours privilégié la dépense publique et l'impôt. Mais il était impossible aussi d'approuver un plan trop faible et sans réforme structurelle. Nous sommes clairement dans l'opposition et nous n'avons pas vocation à servir de roue de secours ou de force d'appoint à un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant